Voeu pour la défense du commerce proximité – Intervention de Jean-Bernard Bros

Madame la Maire, mes chers collègues,

La défense du commerce de proximité est pour nous une préoccupation majeure, mais elle l’est aussi pour les habitants. En effet, au-delà de l’aspect économique du développement des commerces locaux, c’est tout le vivre-ensemble d’un quartier qui dépend d’eux. L’extension du travail de l’APUR dans le cadre du programme BDCom nous parait être un outil essentiel de connaissance pour mieux orienter l’action de la Ville.

Nous souhaiterions savoir quels liens seront fait avec ce formidable travail de répertorisation et le dispositif de la SEMAEST, Vital’quartier. En lançant cette opération en 2004, la Ville de Paris s’est véritablement posée en précurseur sur la question du développement du petit commerce. Le défi n’était pas simple au vu des difficultés réglementaires des collectivités territoriales pour agir.

La Loi Pinel, adoptée à la quasi-unanimité à l’Assemblée Nationale, confirme avec son volet sur le « contrat de revitalisation commerciale », le bien-fondé de l’expérimentation menée par la Ville. Elle donne aux collectivités les leviers pour dynamiser un tissu commercial dégradé en validant réglementairement l’action menée par la SEMAEST. Cela va lui permettre de renforcer son action.

La SEMAEST, à travers l’opération Vital’quartier, s’est vue déléguer le droit de préemption urbain de la Ville Paris afin d’acquérir des murs de locaux commerciaux dans les 11 secteurs prédéfinis. Ces secteurs étaient touchés par une vacance commerciale importante ou par une forte mono-activité.

Le dernier bilan de l’opération présenté en 2013 est apparu très positif. La désertification commerciale a pu être enrayée, et de nouveaux types de commerces se sont installés sur les territoires concernés. Au vu de ce succès, un certain nombre d’arrondissement ont fait la demande, à raison, que certain de leur quartier intègre le dispositif. Nous souhaitons une extension de Vital’quartier au-delà des 11 secteurs d’actions actuels. Cette extension constitue d’ailleurs un engagement de campagne de notre majorité. Nous considérons que ces extensions ne doivent pas se faire dans l’attente de demandes désordonnées de chacune des mairies d’arrondissements.

Pour les différentes raisons évoquées précédemment, nous soumettons le vœu que le Conseil de Paris vote dès aujourd’hui le principe de la mise en place d’une redéfinition globale du périmètre d’action de l’opération « Vital’quartier », dans une perspective d’extension de son activité. L’approche par micro-quartier devrait également être envisagée pour agir le plus finement possible sur le maillage commercial de notre Ville. La redéfinition du périmètre pourra bien évidemment profiter du travail de l’APUR, mais nous souhaitons que cette démarche se fasse en pleine concertation avec les mairies d’arrondissements.

Je vous remercie