Voeu relatif à la lutte contre la pollution atmosphérique – Intervention de Jean-Bernard Bros

Madame la Maire, mes chers collègues,

pollution

 La lutte contre la pollution est un défi pour lequel des mesures pérennes sont nécessaires. C’est une vision sur le long, voir le très long terme que nous devons porter car, ce sont des mesures ambitieuses et constantes dans le temps qui améliorent durablement l’air que nous respirons. Nous le savons, le transport routier, mais aussi l’industrie, le secteur résidentiel et tertiaire sont nos principaux pollueurs.

 En ce sens, la volonté de mettre en œuvre une sortie du diesel est un principe auquel nous répondons favorablement.

L’augmentation de l’offre et la qualité du transport public doivent évidemment constituer l’axe central de notre action car c’est par des mesures incitatives, en offrant des alternatives à la fois fonctionnelles, efficaces et de qualité, que nous influons sur les habitudes de transport des parisiennes et des parisiens.

C’est d’ailleurs en ce sens que nous avions déposé sur l’abandon des véhicules au profit de la prise en charge par la Ville de Paris d’un abonnement autolib modulé selon l’ancienneté du véhicule : je dois vous dire ma satisfaction de voir cette proposition envisagée par le vœu de l’exécutif.

Le plan qui nous est proposé active les leviers décisifs que sont la co-production avec l’Etat, la Région Ile de France, le STIF et en parallèle un vrai travail de pédagogie auprès des citoyens : c’est une bonne démarche car c’est en responsabilisant au maximum chacun que la prise de conscience se fera.

Je souhaite également interroger le Maire en charge des transports sur plusieurs points que je ne retrouve pas dans cette communication et qui me paraissent des pistes concrètes et incontournables :

Nous évoquons la nécessité d’étoffer l’offre de transport mais rien n’est dit sur la question des horaires de circulation des transports publics, je pense en particulier au métro la nuit. Qu’on se le dise, élargir les horaires de circulation des transports publics contribue à étoffer l’offre et à agir plus en profondeur sur les habitudes des parisiennes et des parisiens. Il nous faut sur ce point avancer et je souhaite que ce chantier soit mis à l’ordre du jour de nos discussions car il constitue une offre complémentaire dans l’optique de réduction de l’utilisation de la voiture.

Le vœu de l’exécutif aurait également pu évoquer la mise en place d’un système de scooters électriques en libre-service: en effet, les scooters, de plus en plus nombreux à Paris, sont très polluants sans doute plus polluants que les voitures. Le rapport rendu la semaine dernière dans la revue scientifique « Nature et Communication » sur ce point est d’ailleurs sans appel sur la nécessité de se pencher sur la question des scooters en ville qui représentent une source de pollution très importante. Je souhaite vivement que nous puissions avancer sur la mise en place d’un système de scooter en libre service à Paris, Scootlib, comme nous nous en étions engagés au cours de la campagne.

Enfin, concernant la question de l’autopartage, la question des places de stationnement réservées est une excellente idée et j’y adhère totalement. Je demanderais aussi à notre municipalité de se pencher sur la possibilité de réserver à terme une voie du boulevard périphérique et des autoroutes franciliennes aux voitures circulant avec 3 personnes minimum ainsi qu’aux véhicules hybrides et électriques.

C’est par ce type de réelles mesures incitatives, concrètes et pratiques que nous réussirons la mission de faire de Paris une zone où respirer ne représente plus un challenge.

En ce sens, l’extension du tramway constitue une obligation et l’inscrire à l’ordre du jour de ce premier Conseil de Paris est un signe fort qui montre notre volontarisme sur le sujet. Qui pourrait aujourd’hui contester l’apport exceptionnel en terme de qualité de transport, d’esthétisme et bien sûr de qualité de l’air, que nous offre le tramway ? Même ceux qui en boycottaient l’inauguration il y a quelques années ou s’allongeaient sur les voies pour montrer leur opposition en sont revenus et voteront je crois avec nous cette délibération !

J’abonde totalement dans le sens du dernier alinéa du vœu qui concerne la nécessaire concertation à l’échelon métropolitain en y associant les principales administrations mais aussi les associations d’usagers des transports publics et privés que nous nous devons d’écouter. La mise en place d’une conférence métropolitaine permanente des déplacements pour évaluer et concerter les évolutions des modes de transports et du plan de déplacement parisien pourrait constituer un utile lieu de dialogue : mon groupe en fera d’ailleurs la proposition lors d’un prochain Conseil de Paris.

Mes chers collègues, les attentions de notre majorité pour lutter contre la pollution atmosphérique vont dans le bon sens.

La concrétisation de ces objectifs impliquera immanquablement une volonté politique sans faille et, je le redis, de la discussion avec l’ensemble des composantes de la majorité qui ont, je vous le garantis, des choses à dire et des propositions à porter. L’amélioration de la qualité de l’air demande un sens de la responsabilité et nous devons accompagner tout ce qui s’inscrit dans cette optique. Le groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » votera ainsi le vœu de l’exécutif ainsi que la délibération relative à l’extension du tramway.

 

Je vous remercie.