Modification du PLU : une avancée essentielle pour Paris

Madame la Maire, mes chers collègues,

En mars 2014 nous avons été élu sur un projet pour Paris : la modification du PLU va constituer un instrument incontournable pour pouvoir le mettre en œuvre.

Le PLU n’est pas par définition un document figé, il a déjà connu par le passé des modifications pour favoriser la production de logements ainsi que pour faciliter la mise en œuvre du Plan Climat.

Dans cette nouvelle procédure de modification qui s’ouvrira en septembre, quelles seront in fine nos objectifs ? Rendre possible et concret ce sur quoi les parisiennes et les parisiens nous ont fait confiance.

Cette modification vise à répondre à nos engagements pour:

–      la production de logements,

–      la lutte contre le changement climatique et la pollution,

–      pour l’amélioration de la qualité de l’environnement et de la place du végétal dans la ville

–      et également en matière d’attractivité économique.

Elle prend également en compte les évolutions législatives récentes comme la loi ALUR, ainsi que la mise en cohérence avec le SDRIF, le plan climat énergie de Paris, ou encore le plan de déplacements urbains d’Ile de France. A partir du 1er janvier 2016, nous le savons, la compétence relative au règlement d’urbanisme reviendra à la métropole du Grand Paris, qui devra élaborer un plan local métropolitain : il est donc logique que Paris s’organise en amont.

Quand certains dans l’opposition voient dans cette modification de PLU je cite « de la défiance à l’égard du Grand Paris », nous y voyons plutôt une démarche cohérente et logique de la Ville, mais aussi et surtout une démarche indispensable pour donner à nos objectifs les moyens de se concrétiser. Nous allons étoffer l’offre en matière de logement, dans un cadre respectueux de notre patrimoine, de notre cadre de vie et de notre paysage urbain.

Paris, cela a été dit, est une ville très dense. Il nous faut donc inventer une offre supplémentaire qui soit un complément à l’existant. Nous devons rester ouverts à l’innovation pour trouver de nouveaux lieux de construction.

Quand je vois par exemple que l’on envisage de surélever les immeubles de 2 étages, et que l’APUR en dénombre 10 000, je dis qu’il ne faut pas hésiter à creuser cette piste.

Quand j’entends également la proposition de mettre en place des ponts habités à Paris, je dis pourquoi pas. La loi ALUR, qui a supprimé le coefficient d’occupation des sols, nous offre une possibilité de développer notre offre sans densifier : ne nous privons pas d’exploiter cette opportunité. Mais surtout sur ce point, ne crions pas au loup et rétablissons les faits dans leur réalité : non, la modification des plafonds actuels de hauteur du PLU n’est pas envisagée dans le cadre de cette modification générale. Les plafonds resteront donc de 25 mètres dans le centre élargi à certains quartiers, 31 mètres sur le territoire parisien, 37 mètres sur quelques secteurs plafonnés.

Ne jouons pas inutilement à nous faire peur. Au contraire, faisons en sorte que cette concertation soit réussie et que les parisiennes et les parisiens y soient largement associés : leur permettre d’appréhender les enjeux portés par cette future modification de PLU et faire des propositions est une démarche tout à fait intéressante.

Je le conseille à celles et ceux qui animeront ces débats en arrondissement et en conseil de quartier : vulgarisons au maximum la thématique afin d’agréger le plus grand nombre de parisiens à ces discussions car il y a là un réel et bel enjeu de vitalité citoyenne. Portons également une démarche au-delà de Paris, et la proposition de consulter les communes voisines est pour nous une absolue nécessité.

Un mot également sur la mise en place d’un vaste « plan lumière » permettant d’allier efficacité énergétique et valorisation de notre patrimoine : la modification du PLU constitue un cadre pertinent de mise en place de ce beau projet dont mon groupe a fait voter, à l’unanimité, le principe lors du dernier Conseil de Paris.

Mes chers collègues, s’il est normal que les groupes politiques expriment leurs points de vues et portent d’ores et déjà des demandes, n’entravons néanmoins pas le débat qui s’ouvre et laissons la place à une vraie concertation.

Pour résumer, nous sommes en accord avec les exigences portées par la procédure de modification du PLU , que ce soit l’objectif de simplification, afin de faciliter l’instruction des permis de construire et sécuriser les autorisations d’urbanisme ainsi que la dynamique de ville « intelligente »  permettant l’émergence de flux intelligents comme l’énergie, de l’eau, les transports, ou les sous sol exploités

Cette procédure constitue également une belle opportunité, je l’ai indiqué, de valoriser la concertation citoyenne : il faut s’en saisir.

Mes chers collègues, la procédure de modification du PLU s’inscrit dans une démarche que les membres du groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » soutiennent pleinement et c’est pour ces raisons que nous voterons bien naturellement ce projet de délibération.

Je vous remercie.