Rapport 2012 des Délégations de Service Public – Intervention

Madame la Maire,

Ce sujet constitue un point important, si ce n’est crucial, pour notre majorité. Tout d’abord, de quoi parlons-nous ?

Nous parlons de 180 délégations de service public confiées à des délégataires, publics ou privés, dont la rémunération est liée au résultat d’exploitation du service. Nous déléguons, et ce rôle joué par les délégataires n’est pas à prendre à la légère. Nous devons à leur égard faire preuve à la fois d’exigence, de vigilance, mais aussi de soutien quand la situation le nécessite. Mettre en action la politique qui a été choisie par les parisiennes et les parisiens est une tâche importante. Les DSP sont en ce sens incontournables pour Paris, car nous avons des équipements à faire vivre au quotidien.

Les DSP, pour la plupart, vivent bien. Les chiffres qui nous sont donnés montrent même pour certaines une belle santé financière, ce dont nous devons nous réjouir. Paris est un terreau favorable et la Ville opère très souvent le bon choix, quand elle choisit d’ouvrir ou de renouveler ses délégations. Le chiffre d’affaire compilé pour les 180 contrats de délégation au titre de l’année 2012 est de 1547 millions d’euros, soit plus d’1,5 milliard.

Sur ce milliard et demi, la recette pour la ville atteint un montant de 111,2 millions d’euros, soit un peu plus de 7% du chiffre d’affaire de ses DSP. 111,2 millions d’euros sur 1547, disons-le, et même si cela est un chiffre global, cela semble à première vue un chiffre faible.

A ce niveau, et pour l’avenir, n’avons-nous pas des questions à nous poser ? Ne pouvons-nous pas tirer de certaines DSP davantage de recettes ? Nous sommes beaucoup, dans notre majorité à le penser, et je suggère à l’exécutif de creuser très sérieusement cette piste.

La qualité du service rendu aux parisiennes et aux parisiens est, à tous les niveaux, une exigence qui guide notre action. C’est d’ailleurs en partie sur ce point qu’ils nous ont de nouveau fait confiance en mars dernier. Il nous faut donc faire en sorte que notre offre demeure cohérente avec les attentes de chacun, adaptée à leurs pratiques, à leurs ressources et à leurs modes de vie.

Il serait aussi judicieux, et c’est là une demande que je vous fait Monsieur le Maire, que les rapports sur les exercices des années passées, soient présentés avant : nous parlons là du rapport pour l’année 2012. Je pense qu’un effort peut être fait pour améliorer les délais et offrir aux élus et à l’administration les outils d’une meilleure réactivité. Voilà mes chers collègues, nos propositions sur cette communication relative aux délégations de service public, sujet sur lequel notre groupe restera regardant et vigilant. Je vous remercie.