Marchés de fin d’année – Intervention pour une réelle amélioration

Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Vous nous proposez de valider la convention d’occupation de l’espace public avec l’association « Le Monde Festif en France » pour l’organisation d’une zone dédiée aux artisans sur le rond-point de l’avenue des Champs Elysées. L’avenue des Champs Elysées constitue le lieu de passage obligé pour les visiteurs de Paris, mais aussi pour beaucoup de parisiennes et de parisiens. Il est donc impératif que cette avenue, véritable vitrine de notre ville dans le monde, soit dotée d’animations de qualité, festives, ouvertes, démontrant le dynamisme de notre ville et sa capacité à offrir l’enchantement que beaucoup viennent chercher à Paris.

Nous avons donc besoin de nos marchés de Noel. Ces marchés constituent par ailleurs des recettes financières dont nous ne pouvons pas nous passer en ces temps difficiles. Alors, bien sûr, nous ne sommes pas opposés à l’installation de chalets pour les fêtes de fin d’années. Je dirais même, bien au contraire. Mais, Monsieur le Maire, nous portons des exigences et nous sommes vigilants sur la tournure que prennent trop souvent les choses à Paris, sur le temps d’exposition, sur les exigences demandées aux délégataires, sur la qualité des produits proposés dans ces marchés.

 Nous avons de nombreuses interrogations et quelques demandes comme vous avez pu le constater par le dépôt de nos vœux et amendements.

–  Tout d’abord, serait-il possible d’obtenir la liste des futurs exposants, le type de produits proposés ainsi que la tarification ? C’est un élément que nous jugeons important et qui aurait vocation à éclairer nos débats.

– Ensuite, pourquoi un temps d’exposition si long ? Rendez- vous compte, avec un montage des chalets qui commence le 2 novembre et une ouverture au public le 14 novembre, ce sont plus de 2 mois de mobilisation de l’espace public et plus de sept semaines d’ouvertures ! Nous pensons que c’est trop, beaucoup trop et proposons de nous aligner sur le vœu de l’exécutif voté le mois dernier concernant les illuminations, qui propose de ne pas dépasser sept semaines d’exposition, montage compris.

– Ensuite, concernant le versement à la ville, il est prévu à hauteur de 8% du chiffres d’affaire avec un minimum de 20.000 euros  : nous avons regardé ce qui s’est fait par le passé, ce qui se fait ailleurs, et c’est là une fourchette très basse. Nous proposons donc de relever à 50 000 euros la participation minimale de l’association et à 15 % du bénéfice : croyez-moi, au vu des chiffres d’affaires estimés, nous pouvons nous permettre de porter cette demande à l’association organisatrice de ce marché.

Nos marchés de fin d’années ne doivent pas constituer uniquement de simples opérations financières pour la ville ou des initiatives pour animer nos rues à moindre coût : portons une véritable exigence en termes de remontées financières et qualité, c’est dans l’intérêt de la ville, des parisiennes et des parisiens et de nos millions de touristes. C’est dans cet esprit que nous avons déposé un vœu pour que soit mise en place une charte d’encadrement de ces marchés au niveau parisien,

C’est un moyen de redonner de la cohérence à nos marchés de noël, poser un cadre sur la qualité et le type de produits proposés par les exposants, avoir des exigences en matière d’ambiance de ces marchés, et de cohérence esthétique: c’est là un enjeu de valorisation de Paris auquel nous sommes très attachés.

Mes chers collègues, Monsieur le Marie, nous sommes beaucoup à penser que l’exécutif doit davantage se pencher sur la question de nos marchés de fin d’années. C’est d’ailleurs quelque chose qui est répété d’années en années, et sur lequel les choses n’évoluent pour l’instant pas, ce que nous regrettons. Soyons plus exigeants avec nos délégataires ou concessionnaires, soyons plus regardants sur l’offre globale faite aux riverains et surtout, ayons une démarche plus offensive sur les versements financiers faits à la Ville.