Orientations budgétaires : efficacité et responsabilité de notre gestion

Madame la Maire, mes chers collègues,

Nous avançons progressivement vers le budget 2015 et le moment clef que sera la séance du mois de décembre. Nous devons conjuguer plusieurs variables et mettre en musique un certain nombre d’éléments et de contraintes lourdes dont un certain nombre dépassent notre seule responsabilité. Au fond, l’enjeu est simple : proposer un budget qui fasse sens avec les engagements que nous avons porté pendant la campagne électorale sans peser sur les parisiennes et les parisiens.

Le document qui nous est ici proposé pose les grandes lignes de ce à quoi ressemblera le budget. Cette communication a le mérite de la clarté : les choses sont mises sur la table, que ce soit les contraintes qui nous sont rappelées, mais aussi les tendances plus encourageantes. Tout le monde le sait, notre cadre budgétaire est contraint.

La baisse des dotations, et plus généralement la baisse de la dépense publique s’inscrit pourtant dans un sens, qu’au niveau de notre groupe, nous ne contestons pas. Au niveau de l’Etat, la réduction de la dépense publique est selon nous préférable à l’augmentation de la fiscalité, et, en ce sens nous ne nous opposons pas à la philosophie qui habite le gouvernement. Mais, il faut le reconnaitre, la mise en pratique de cette politique est rugueuse et difficile pour nous, collectivités et principalement pour Paris. Il faut certes réduire déficit public, mais adapter le rythme de sa réduction à la situation économique.

Au niveau parisien, nous devons étudier toutes les pistes permettant de faire baisser nos dépenses et d’étoffer nos recettes, dans la cohérence et l’équilibre. Je me suis déjà exprimé en ce sens, et je souhaite réitérer ma demande, certains points importants sont absents de cette communication :

–      nous les avons regardé le mois dernier, il existe 180 délégations qui animent nos services publics : il nous faut impérativement améliorer le rendement de certaines de nos DSP et donc les recettes qui en remontent à la ville,

–      également, certaines sociétés d’économie mixte sont en capacité, si nous leur redonnons une feuille de route exigeante, de faire remonter davantage de recettes à la ville,

–      concernant les marchés publics, nous pouvons faire au moins aussi bien en termes d’équipements publics tout en étant plus regardant sur les marchés que nous lançons, les matériaux que nous utilisons, les travaux que nous commandons, les fiches marchés que nous établissons : il y là aussi une réelle source d’économie qui ne semble pas suffisamment prise en compte par l’exécutif.

–      sur les conventions d’occupation de l’espace public, nous pouvons également être plus regardants et plus exigeants. Notre groupe contribue d’ailleurs concrètement à ce sujet en déposant des vœux sur les DDEEES relatives au rond-point des Champs Elysées

–      enfin, nous ne considérons pas la question de la dette comme un non-sujet et nous avons des inquiétudes face à la tendance qui amènerait à lourdement l’augmenter

Mes chers collègues, nous sommes en accord avec la démarche d’honnêteté de l’exécutif et de l’adjoint aux finances et nous avons tout le loisir d’émettre des propositions, ce que les groupes de la majorité font et feront.

Les critiques de la droite sont paradoxales : aucune proposition concrète pour réduire les dépenses ou étoffer les recettes. C’est dommage que l’opposition ne joue pas ce rôle, utile, qui aurait je pense intéressé l’adjoint aux finances qui, je vous le confirme, est très ouvert sur le sujet. Mais passons.

Mes chers collègues, c’est un premier pas vers le budget 2015 que nous accomplissons aujourd’hui. J’espère que l’exécutif saura prendre en compte les observations des groupes politiques et préparer un budget qui continue d’inscrire Paris dans une démarche active, dynamique et solidaire. J’espère également que ces prochaines semaines permettront une prise en compte, dans le respect des particularités de chacun des groupes politiques, des demandes et propositions que nous formulerons.

 

Je vous remercie.