Plan d’Investissement de la Mandature : notre intervention

Madame la Maire, mes chers collègues,

2015-2020 : voilà le cap qui nous est donné pour moderniser Paris, faire de notre ville un lieu, qui se construit et se réinvente au quotidien. A travers cette communication, vous nous proposez un programme d’investissement ambitieux afin de répondre à ces objectifs.

Tout d’abord, il est indiscutable qu’avec un tel montant, c’est un signal fort et positif qui est envoyé à l’ensemble des collectivités françaises mais aussi, bien évidemment, à l’Etat. Paris joue ainsi son rôle en agissant en faveur du dynamisme économique et donc de l’emploi. La Ville de Paris est toujours regardée et les décisions qui sont prises par notre Conseil prennent bien souvent une ampleur nationale.

En ce qui concerne les détails du programme d’investissement, avec 3 milliards d’euros, nous réaffirmons le logement comme notre priorité. C’était une promesse de campagne et c’est notre devoir de le faire.

Les transports constituent un autre point fort. Cela est à saluer au vu des besoins de nos concitoyens en la matière et les nécessaires évolutions à suivre La transition écologique est également fortement concernée par les projets d’investissement et de manière transversale sur l’ensemble des thématiques, ce qui doit être salué. La Ville va se donner les moyens d’assurer au mieux ses missions de proximité indispensables au quotidien des Parisiens: logements, transport public, écoles, crèches, pistes cyclables, piscines, parcs, etc.

Nous allons améliorer la vie et le quotidien des parisiennes et des parisiens : c’est ce qu’ils attendent de nous. La qualité du service public se doit d’être indiscutable et l’ampleur des investissements va nous obliger à faire preuve d’une gestion irréprochable car le coût du fonctionnement qui en suivra constituera un coût considérable.

Gestion au quotidien des besoins des habitants, capacité à nous adapter aux attentes, nous devons répondre présents. Je pense que nous enclenchons une dynamique qui va dans le bon sens.

J’ai néanmoins une nuance à apporter dans mon propos sur la feuille de route qui nous est proposée : nous manquons de grands projets identifiants et symboliques, comme nous avons pu en porter par le passé. La lecture de cette communication m’interpelle sur cet aspect. Où sont les grandes audaces et projets forts et moteurs ? Quels seront les grands équipements qui seront livrés à la fin de la mandature?

A titre d’exemple :

– pas un mot n’est dit sur une idée qui avait pourtant fait son chemin, celle d’installer des téléphériques qui pourraient aller de gares en gares, ou mieux, passer au-dessus du périphérique afin de désengorger certains axes et casser la frontière Paris-Banlieue.

rien n’est évoqué sur l’utilisation, qui sera faite des espaces situés sous les viaducs du métro parisien. Nous avons pourtant là une opportunité de réappropriation de l’espace public et de valorisation d’un patrimoine exceptionnel.

– pas un mot non plus sur l’aménagement des voies que nécessitera l’arrivée des scooters électriques en libre-service prévus sur la mandature.

Une ligne de 78 millions pour la modernisation de l’éclairage urbain est prévue. Il est regrettable qu’elle ne s’intègre pas à un plan parisien de valorisation du patrimoine, un ‘plan lumière ‘ que nous réclamons de nos vœux depuis le début d mars 2014. Peu de grands projets urbains sont identifiés, à l’exception des places parisiennes. Il est à noter également l’absence de réalisation de grands équipements, je pense notamment aux équipements sportifs, ce que nous regrettons, car nous en avons besoin.

Si nous nous réjouissons du cadre global donné à ce programme, nous regrettons l’absence d’un certain de grands projets structurant. Nous serons vigilants à ce que la mandature voit éclore des réalisations plus emblématiques que celles proposées actuellement.

Je ne pourrais être complet sans évoquer la question de la dette qui constitue une préoccupation réelle des élus de notre groupe. Nous avons un taux d’endettement de 51%, taux faible en comparaison à de très nombreuses collectivités Mais cela ne doit pas nous empêcher de rester vigilants.

Certes, à moins de 2%, nous n’avons jamais emprunté à des taux aussi faibles. Ce programme sera financé aux deux-tiers par l’épargne et par les recettes d’investissement de la Ville, qui vont et doivent augmenter. Le reste sera donc financé par l’emprunt. Les intérêts de la dette représentent 126 millions d’euros, soit 1,6% de nos dépenses de fonctionnement. Tout doit être fait pour dompter le rythme de sa lente augmentation car ce sont nos futures générations qui seront impactées. Je sais la Maire de Paris et de son adjoint en charge des finances Julien Bargeton très attentifs à cette question.

Mes chers collègues, la démarche de l’exécutif est bonne, le signal envoyé est indiscutablement positif, même s’il manque selon nous certaines précisions . Nous resterons donc vigilants mais nous soutenons donc, le programme d’investissement porté par la Maire de Paris.