Notre intervention en faveur du dispositif Multiloc

De conseil en conseil, l’exécutif parisien continue sa marche vers la redynamisation de notre offre de logement via le déploiement de nouveaux dispositifs.

La démarche s’inscrit dans un objectif connu de tous, atteindre le cap ambitieux que nous nous sommes fixé. Nous faisons beaucoup pour le logement social. Mais en parallèle, nous sommes convaincus que l’offre privée ne doit pas être minorée. Au contraire, nous devons aussi traiter ce domaine si nous voulons atteindre nos objectifs.

Ainsi, l’ambition de capter des appartements vides au sein du parc locatif privé afin de les remettre sur le marché locatif est, je le crois, une stratégie qui fait sens.

La démarche partenariale souhaitée par l’exécutif, est le bon format, car elle permettra de s’appuyer sur le métier et l’expertise des agences immobilières du secteur privé, tout en amenant la solidité juridique et administrative de la ville. De plus, et surtout, il nous faut considérer le coût pour la ville : ces logements reviendront sur le marché entre 6 000 et 14 000 euros.

Ce qui représente peu, par rapport à ce que nous avons l’habitude d’investir pour de la construction ou de la préemption. Ce mécanisme incitatif est une création que nous soutenons.

Concernant le niveau des incitations : certains disent qu’elles sont faibles. C’est une base. Peut-être qu’elles mériteront à termes d’être réévaluées. Laissons passer du temps avant d’envisager d’ores et déjà un nouveau montant de prime pour les propriétaires.  Il y a néanmoins encore des précisions à apporter : il n’est pas normal que nous n’arrivions pas à estimer le nombre de logements qui pourraient être concernés par Multiloc.

L’évaluation faite entre 16 000 et 120 000 logements comme on a pu le lire, et les 3 millions d’euros dévolus au lancement de Multiloc, nous interroge. Cela pourrait sembler une estimation quelque peu légère. Mais je sais que mon collègue Ian Brossat apportera des réponses à ces interrogations. Avec cette mesure, c’est aux classes moyennes parisiennes que nous nous adressons. C’est une démarche nécessaire et bienvenue.

Voilà mes chers collègues quelques mots sur ce dispositif que le groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » soutient et salue afin de continuer notre travail pour offrir au maximum de parisiens un logement à un loyer décent.