Petite ceinture ferroviaire, notre intervention

Monsieur le Maire mes chers collègues,

La question du devenir de la Petite Ceinture ferroviaire constitue un sujet récurrent de nos débats. C’est un très beau sujet car il est rare, reconnaissons-le, de disposer d’un patrimoine aussi atypique et d’avoir la possibilité de le rendre aux parisiennes et aux parisiens.

Il faut d’abord reconnaitre que la ville de Paris a travaillé de manière tout à fait satisfaisante avec la SNCF, afin d’atterrir sur le protocole cadre qui nous est aujourd’hui proposé. D’une situation figée depuis plusieurs années, s’ouvre devant nous une opportunité exceptionnelle de valoriser et d’offrir une réelle dynamique à un patrimoine qui fait l’identité de Paris.

Alors, plusieurs visions se confrontent sur ce que nous devrions faire de cette petite ceinture. Au groupe RG-CI, nous avons décidé de traiter la question sans a priori.

Disons les choses  clairement : nous ne croyons pas à l’utilisation ferroviaire, même pour du fret, de la petite ceinture. La ville dense qu’est Paris, et nos administrés nous le demandent, a besoin de nouveaux lieux de détente et de respiration. Rajouter un lieu de transport c’est se passer de plusieurs hectares d’espaces non construits et donc d’une opportunité unique. Nous sommes opposés à cette idée qui consisterait à recréer une activité éteinte depuis plusieurs décennies et qui empêcherait le plein développement d’un lieu de promenade. Nous sommes également contre toute vision figée de la petite ceinture sans aucune animation et où le seul objectif serait d’atteindre la quiétude absolue.

Les futurs aménagements devront préserver ce cadre exceptionnel et ouvrir cet espace de promenade, tourné vers la nature et la biodiversité. Mais parallèlement, ça ne me choquerait pas que, sur la petite ceinture, on puisse à terme s’amuser dans une boite de nuit aménagée puis que l’on aille bruncher dans un café. Que les noctambules croisent le dimanche matin des apprentis jardiniers ou des sportifs partant à leur footing constitue même au contraire l’idée de la ville ouverte, dynamique et diverse que nous portons pour Paris.

Nous avons dans le cadre de ce débat porté un vœu pour réaffirmer certains points et évoquer des aspects que nous ne retrouvions pas directement dans l’accord RATP – Ville de Paris.

Qu’en est-il, ou quand sera-t-il, des quelques anciennes gares ferroviaires qui aujourd’hui sont sous-utilisées ou utilisées pour des activités qui ne bénéficient pas aux promeneurs de la Petite Ceinture ?

Les gares citées dans notre vœu, notamment Vaugirard et Avron, mériteraient d’être intégrées aux futurs aménagements car elles constituent des opportunités réelles. Si la SNCF bloque sur ce point, notre vœu a pour objectif de leur indiquer que les parisiens souhaitent voir ces espaces intégrer la dynamique que nous mettons en place.

Autre point que nous avons voulu affirmer, celui du devenir d’une partie des voûtes, dessous d’ouvrages aériens, accès condamnés et abris de fortune non utilisés ou laissés à l’abandon. Nous proposons un appel à projet innovant, dans le même esprit que « ré-inventer Paris », pour la mise en valeur de certaines parcelles ou micro-parcelles, afin d’envisager leur mise en concession.

Il y a des choses intelligentes, innovantes et utiles à envisager, dans le domaine du développement durable, de l’écologie urbaine et de la valorisation de la biodiversité : nous sommes favorables à laisser la créativité s’exprimer.

Autre point, crucial pour nous, est la future animation des différents tronçons. Et en ce sens, nous avons des interrogations sur la manière dont sera géré et surtout animé ce site et portons la demande que soit envisagée une programmation équilibrée, originale et innovante, en lien avec les associations prestataires, les entreprises d’insertion et les concessionnaires.

La Petite Ceinture a vocation à être valorisée par un site internet dédié, un fil twitter spécifique, un lieu avec ses quartiers traversés, dans l’esprit par exemple de ce qui est fait pour la High Line à New York.

Enfin, mais je crois que c’est l’esprit de l’exécutif sur le sujet, nous demandons qu’une réflexion s’ouvre sur la question de l’extension des horaires d’ouvertures, qui doivent être différents de ceux des parcs et jardins, et permettent d’ouvrir, dans un cadre défini, certains tronçons en nocturne,

Mes chers collègues, nous partageons tous l’idée et l’objectif d’un lieu qui doit rester atypique, non construit, valorisant la nature et la biodiversité.

N’ayons pas, sur ce sujet comme dans d’autres, une vision figée et soyons enthousiastes pour donner envie aux parisiennes et aux parisiens de ré-investir ce lieu unique.

Nous versons avec notre vœu un certain nombre de propositions afin d’y ajouter du dynamisme et soutenons bien évidemment la volonté enclenchée par la Ville de Paris de redonner vie à sa petite Ceinture.