Crédit municipal de Paris – CMP Banque

Madame la Maire mes chers collègues,

La question du Crédit Municipal et du devenir de sa filiale bancaire CMP Banque n’est pas un sujet nouveau. Prenons les choses dans l’ordre. La création de la filiale bancaire est un échec. Ni plus, ni moins.

S’il y a, dans les aléas de la vie d’une municipalité des initiatives qui échouent, celle-là constitue immanquablement un cas d’école d’un projet mal calibré, mal anticipé et mal géré. Et les conséquences sont que 42 millions d’euros vont être injectés via le budget supplémentaire 2015  pour recapitaliser le Crédit municipal afin de compenser cette dévaluation insensée de CMP-Banque de 60 à 18 millions d’euros.

Alors, pourquoi 42 millions et surtout pour quoi faire ? Pourquoi n’avons-nous pas agit avant ? Quelles sont les perspectives ? Quel est le chemin que va prendre cette belle institution pour les prochaines années ? Beaucoup de questions nous sont fatalement posées.

Mes chers collègues, nous voterons la délibération qui nous est proposée, car je crois que c’est, malheureusement, la seule solution viable. Il faut stopper l’hémorragie et arrêter les frais d’une activité qui n’a pas fait ses preuves, bien au contraire, sous le giron municipal.

Mais quoi faire ? Quelles propositions ? Notre marge de manœuvre financière est faible, ne nous en cachons pas, et nous ne voyons pas de plan B qui soit aujourd’hui réaliste et opérationnel.

L’aventure CMP Banque est un échec, il n’a pas été trouvé un modèle économique performant face à la concurrence du privé. Liquider les créances, et arrêter les prêts, et les frais d’ailleurs, est selon nous, est, je le répète, nous le regrettons, la seule solution.

Car le risque est aussi, à termes, « d’endommager » le Crédit Municipal et ses activités historiques sur lesquelles, par contre, nous pouvons discuter. Nous sommes à la croisée des chemins. En responsabilité, mais aussi en vigilance pour que ce type de scénario ne se reproduise jamais, les élus du groupe RG-CI voteront donc cette délibération.