Contrat de revitalisation du Commerce et de l’Artisanat : notre intervention

Madame la Maire, mes chers collègues,

La défense du commerce de proximité est, pour une ville comme Paris, une préoccupation importante. Il participe au dynamisme économique de notre territoire, ainsi qu’à la qualité de vie de nos quartiers.

La présence de commerces permet de favoriser le vivre-ensemble, de participer à l’animation de nos rues. C’est bien un art de vivre tout parisien qui s’exprime à travers eux, un art de vivre qu’il nous faut défendre plus que jamais.

A Paris, la vitalité commerciale est réelle. La ville connaît en effet, à l’échelle nationale, le plus grand nombre de commerces par habitant. Mais derrière cette bonne santé, se cache des fragilités et des inégalités de situation selon les arrondissements.

Des fragilités qui sont tout d’abord inhérentes à l’évolution du secteur. Le développement du commerce sur Internet, le manque de vocation chez les plus jeunes dans certains secteurs, sont des éléments qui bouleversent la pérennité du commerce de proximité. L’inégalité territoriale est aussi marquée dans notre ville. Le diagnostic fait par l’APUR permet de confirmer cette donnée en offrant une vision affinée des secteurs les plus en difficulté. Mono-activité, déserts commerciaux, sont des réalités présentes, notamment dans les arrondissements périphériques.

Face à ce constat, la Ville agit. Il ne s’agit pas, bien sûr, de réguler l’activité libre de commerce mais bien de soutenir les initiatives et de valoriser le travail de nos commerçants.

Le Contrat de Revitalisation du Commerce et de l’Artisanat est un des leviers qui nous est proposé aujourd’hui. Intégré par la loi Pinel, le contrat est directement inspiré de l’outil parisien Vital’quartier, marquant les capacités d’innovation de notre collectivité.

Nous l’avions souligné par un vœu en novembre 2014, les premiers territoires d’action de Vital’quartier méritaient d’être étendus à d’autres quartiers qui souffraient des mêmes maux. La proposition de nouveaux périmètres va permettre d’aborder plus largement les difficultés de quartiers exclus jusqu’alors du dispositif. Nous nous exprimons en faveur de la proposition d’un périmètre supplémentaire dans le 14ème arrondissement, tel que cela a été voté à l’unanimité lors du Conseil d’arrondissement.

Mais rappelons-nous que ce contrat est un des outils de mobilisation pour la vitalité commerciale, et qu’il ne peut être le seul. Ce ne peut être la réponse à toutes les difficultés d’un quartier, et à toutes les difficultés des commerces.Mais nous ne doutons pas que l’exécutif aura l’occasion de nous présenter les autres mesures prévues lors d’un prochain Conseil de Paris.

Je vous remercie