Ateliers de réparations de vélo, notre voeu pour leur développement à Paris

Madame la Maire, mes chers collègues,

Notre ville mène une politique ambitieuse pour développer la pratique du vélo, mode de transport économique et non polluant, de plus en plus sollicité par les parisiens. C’est un objectif fort, auquel notre groupe souscrit pleinement.

Pour y arriver la Ville a développé de nombreux outils. Cela a été le cas avec la création de Vélib. Nous pensons aussi au réseau de pistes cyclables qui compte aujourd’hui plus de 700 kms. Les parisiens répondent d’ailleurs présents, l’usage du vélo a triplé en dix ans : 3 % des déplacements intra-muros et 8 % des déplacements domicile-travail se font ainsi à vélo.

La mise en place de parkings sécurisés publics est un outil supplémentaire permettant à chacun de sécuriser son vélo particulier, trop souvent vulnérable au vol. Mais le développement de l’usage du vélo en ville repose également sur l’offre de réparation apportée aux usagers.

Les cyclistes sont vulnérables lors de leurs déplacements. Ils le sont d’autant plus si leur matériel est en mauvais état ou mal entretenu.

Les contrôles techniques pour les vélos n’existent pas encore ! Et pourtant, nos deux-roues sont parfois mis à rude épreuve. Des contrôles tels que la vérification des serrages, l’état des pneus et des freins, le fonctionnement des équipements obligatoires tels que les feux avant et arrière, sont essentiels. Les points de contrôle sont multiples, disparates et aucune information centralisée n’existe. Aussi, il est nécessaire d’accompagner les cyclistes.

De bonnes expériences existent. Je pense à l’action ReCyclo dans le 13ème arrondissement, qui permet à chacun d’apporter son vélo pour le réparer gratuitement, voire l’échanger ou l’offrir. C’est une expérience qui pourrait être généralisée à tous les arrondissements.

Pour permettre à chacun de circuler en sécurité, le groupe RG-CI souhaite que la Ville puisse travailler à une répertorisation de l’offre existante en matière d’ateliers de réparation.

Ceci dans un double objectif :

  • Informer les parisiens sur les lieux existants pour faire réviser et réparer leurs deux-roues.
  • Œuvrer au développement équilibré sur le territoire des ateliers de réparations, en étudiant les besoins de chaque arrondissement.

Le développement de l’usage de la bicyclette pose également la question du savoir quant à l’entretien et aux réparations nécessaires. C’est pourquoi, nous souhaitons aussi que la Ville étudie la possibilité de labelliser des ateliers d’auto-réparation, tels que les deux ateliers vélo’rutions, existants à Paris.

Cela permettra, non seulement de rouler en sécurité, mais également de minimiser le prix de réparation des vélos, et de récréer des espaces de partage dans notre ville.

Pour ces raisons, je vous invite, mes chers collègues à voter ce vœu.

Je vous remercie.