Budget spécial de la Préfecture de Police 2016

Madame le Maire, Monsieur le Préfet de Police, mes chers collègues,

Avant d’en venir à la question stricte du budget, je souhaitais à nouveau rendre hommage aux agents de la Préfecture de Police et de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris. Au service des citoyens dans ces moments dramatiques, ils ont agi avec courage et dignité.

Leur mobilisation continue bien sûr dans le cadre de la sécurisation renforcée de nos rues, et elle est particulièrement intense. Nous savons aussi qu’ils ont été fortement engagés pour assurer dans de bonnes conditions la tenue de la COP 21, et cet effort doit être souligné.

La sécurité est en effet un élément essentiel pour garantir le vivre ensemble au sein de notre territoire. C’est un droit que les autorités publiques doivent garantir aux habitants et aussi aux visiteurs. Cette exigence, à Paris plus qu’ailleurs, est particulièrement forte.

Le déploiement important des forces de sécurité, vital pour la collectivité, nécessite bien sûr des moyens conséquents. Même si cela ne nous empêche pas de mener une réflexion sur l’allocation des moyens destinés à la PP, afin de garantir un service public efficace et utile au plus grand nombre.

Le budget spécial de la Préfecture de Police pour 2016 qui nous est présenté applique un sérieux budgétaire que nous pouvons saluer. Globalement, c’est un budget en stabilité, avec des dépenses de fonctionnement qui augmentent seulement de 0,47% par rapport à 2015.

Et derrière cette apparente stabilité, nous connaissons les efforts importants de redéploiement des crédits, et d’optimisation des ressources. Dans un contexte budgétaire général compliqué, la priorité est l’exigence du service aux parisiens. Ainsi, grâce aux économies, le budget de la BSPP a pu, par exemple, être privilégié pour maintenir sa capacité opérationnelle.

Mais notre réflexion ne doit pas s’arrêter là. En effet, l’action de la Préfecture de Police pourrait être mieux réorientée. Sa mission première est de lutter contre les faits d’une certaine importance, que ce soit au niveau criminel ou délictuel. Pour cela, il nous faut mieux agir en complémentarité et dans le respect des compétences de chacun.

Notre collectivité doit prendre plus largement sa part pour lutter contre les petits délits du quotidien. La réforme pour la création d’une brigade de lutte contre les incivilités a été annoncée et nous la soutenons.

Et dans cette optique, la place des Agents de Surveillance de Paris doit être soulevée. Sous autorité de la Préfecture de Police, la masse salariale que représentent ces agents est prise en charge par la Ville à hauteur de 66 millions d’euros environ. C’est une somme non négligeable qui nous pose, encore cette année, question.

Les ASP travaillent majoritairement à la surveillance des règles de stationnement, mais pourraient voir leur mission s’élargir. Les petits faits de délinquance, les manquements au vivre-ensemble et le refus de s’acquitter de ses obligations de citoyens dégradent le cadre de vie dans nos rues. Et c’est la Ville, plus que la Préfecture de Police, qui a toute légitimité à agir contre les incivilités.

Nous savons aussi, comme l’avait fait remarquer la Chambre Régionale des comptes, que la gestion des 1.800 ASP par la préfecture de police pose problème depuis de nombreuses années.

Ainsi nous réitérons notre soutien à l’intégration de ces agents, si ce n’est la totalité, au moins en partie, à une police parisienne du quotidien tel que vous l’aviez annoncé, Mme la Maire, dès septembre.

Si la Ville parvient à mettre en place un service public efficace en ce domaine, les actions de la Préfecture de Police pourront être véritablement tournées vers la sécurisation de nos rues et de nos concitoyens. En ce domaine nous le savons les enjeux sont importants, et sont de la compétence de l’institution policière.

Nous croyons en l’efficacité de la coproduction de sécurité et espérons que les acteurs concernés sauront mieux mettre en commun leurs efforts.

Ainsi, tout en espérant des avancées, nous saluons les efforts et la volonté partagée entre nos deux institutions pour arriver à ce budget spécial de la Préfecture de Police. Les élus du groupe RG-CI voteront pour.

Je vous remercie