Notre intervention en faveur du réaménagement des places parisiennes

Conseil de ParisJean-Bernard BROS Conseil de Paris
Séance des 29, 30 et 31 mars 2016
Intervention en séance de Jean-Bernard BROS
Communication relative au réaménagement de sept places parisiennes

 

 
Madame la Maire, mes chers collègues,

Le réaménagement de nos places est incontestablement un projet d’ambition pour Paris. Après la Place de la République, nous nous félicitons de cette belle initiative.

A l’heure actuelle, nos places sont des lieux de passage aux traversées longues et parfois compliquées où les Parisiens ne s’attardent pas. Alors imaginer de nouveaux usages pour nos places, c’est répondre à une nécessité pour notre Ville et ses habitants. C’est également prendre exemple sur d’autres villes européennes et françaises qui ont réaménagé leurs places avec ambition et succès.

Cet air de changement résonne comme notre vision de Paris, celle d’une ville qui se construit perpétuellement.

Mes chers collègues, penser la Ville de Paris et ses places, c’est penser notre capitale aujourd’hui, mais aussi pour les années à venir. Dans 15, 20 voire 30 ans, les parisiens se souviendront de ce qui a été fait. Nous devons donc être ambitieux et audacieux pour qu’ils soient fiers de leurs nouvelles places, demain et les années suivantes.

Penser le réaménagement des places, c’est également avoir en tête que cet espace public constitue un patrimoine pour ceux qui n’en n’ont pas. Une valeur symbolique très forte qui amène chaque parisien à avoir sa propre idée de l’aménagement de sa place. Nous devons faire en sorte d’aménager nos places de façon à ce que chaque parisienne et parisien puisse s’approprier l’espace. Pour cela, la concertation et un budget ambitieux seront indispensables.

Tous les projets de partage de la voirie entre les différents usagers vont dans le sens de l’Histoire. Mais nous devons rester vigilants sur les impacts d’un tel changement de paradigme.

Il ne s’agit pas de transformer Paris en ville musée mais de replacer l’homme au cœur de ces espaces. Aussi, cette requalification de l’espace public doit laisser toute sa place à tous les usagers de la Ville, qu’ils se déplacent à pied, à vélo, en transport en commun ou en voiture. Le renforcement de la piétonisation de nos places conduira nécessairement, plus ou moins rapidement à des modifications de nos déplacements. Mais les parisiens doivent pouvoir continuer à se déplacer dans notre Ville.

Ces derniers mois, nous avons examiné de nombreux projets d’envergures qui auront un impact sur la circulation des Parisiens mais plus largement des Franciliens. À cet effet, nous sommes convaincus qu’il est indispensable de veiller à maintenir une bonne circulation à Paris. Nous connaissons toute votre vigilance sur le sujet.
Notre action doit également s’attacher à préserver toutes les fonctions de la Ville. Aussi, créer cette nouvelle dynamique urbaine favorisant les agoras partagées, ne doit pas oublier la nécessaire fonction économique, touristique et commerciale de nos places. Deux aspects apparaissent essentiels pour notre groupe.

Il apparait indispensable de penser global, c’est-à-dire de prendre en compte les quartiers environnants dans le réaménagement des places. Cela évitera ce que l’on pourrait nommer l’ « effet îlot », à savoir une  place déconnectée des commerces. Au contraire, les flux de piétons doivent irriguer les commerces déjà présents.

Il apparait également nécessaire de dynamiser nos places en elles-mêmes par la cohabitation de différents usages. Ainsi, les nouveaux usages tels que les animations culturelles et activités sportives ne devront pas oublier l’installation de kiosques commerçants, de cafés ou de restaurants avec des terrasses. Cela sera bénéfique, pour l’emploi et pour l’attractivité de nos nouvelles places.

Un autre élément doit nous préoccuper, et c’est l’objet d’un vœu déposé par le groupe RGCI : l’ambiance nocturne de nos futures places. Si la vie diurne de nos places est pensée par tous, il ne faut pas non faire oublier que Paris vit aussi la nuit. Or nos places vivent ! Et, elles ont de multiples facettes entre le jour, la nuit, les vacances scolaires, les entrées et sorties d’entreprises, etc.

Tirons à cet effet, les leçons de la réfection de la Place de la République. L’éclairage nocturne est incontestablement un de ces éléments qui aurait pu être mieux adapté dès son inauguration. Une action ambitieuse peut-être menée, grâce aux nouvelles technologies, pour l’ambiance nocturne de nos places.

Notre groupe souhaite que soit étudiée une mise en scène de nos places et de leurs patrimoines à l’occasion de leurs  requalifications. Cela doit permettre non seulement une mise en valeur des places  mais également de garantir un sentiment de sécurité accru pour les piétons et autres usagers. Engageons-nous donc pour garantir la continuité de la sécurité et le confort des piétons sur ces espaces, pour la mise en valeur nocturne de nos places.

Engageons-nous également pour le plaisir de vivre-ensemble sur ces places. Car oui, l’aménagement de notre espace public permet de créer des lieux de vie et de rencontre. La nouvelle Place de la République en est un exemple !

Enfin, et j’en terminerai sur ce point, gardons une chose à l’esprit. Nation, Bastille, Gambetta, etc … chacune de nos places porte un nom qui, évidemment, évoque notre Histoire. Les élus du groupe RGCI, mais je le crois, tous les élus de cette salle, sont attachés à la perpétuation de cette Histoire et à la préservation du patrimoine rattaché. Aussi, le réaménagement de nos places doit permettre de magnifier leurs architectures et leurs patrimoines.

Le patrimoine de nos places représente une forte valeur symbolique et républicaine pour les Parisiennes et Parisiens. Vous connaissez notre attention toute particulière sur le sujet ! Déjà, lors du réaménagement de la Place de la République, les élus radicaux de gauche avaient déposé un vœu pour sauver « les dauphins de la République ».

Je vais m’attarde, à titre d’exemple sur la Place de la Nation. D’un point de vue patrimonial, elle présente en son cœur une sculpture monumentale de Dalou intitulée « Le Triomphe de la République« . Aujourd’hui partiellement masquée, nous souhaitons qu’elle devienne le symbole de cette « nouvelle Nation ». Auparavant entourée d’un bassin d’eau, nous souhaitons que l’eau puisse rejaillir sur cette place. Car l’eau est un élément que les citoyens s’approprient incontestablement.

Comme je le disais en préambule, les enjeux sont forts. Alors soyons ambitieux et audacieux pour réussir le pari du réaménagement de nos places !

Je vous remercie.