Notre voeu en faveur de l’innovation énergétique pour les piscines municipales parisiennes

DGuillotConseil de Paris
Séance des 29, 30 et 31 mars 2016
Intervention de Didier GUILLOT
Vœu relatif à l’innovation et la performance énergétique
des piscines municipales parisiennes

Madame la Maire, mes chers collègues,

La Ville de Paris mène une politique ambitieuse en matière de développement durable avec une vision globale et intégrée qui vise la performance et la sobriété énergétique.

Notre groupe se retrouve totalement dans les objectifs du Plan Climat Énergie qui fixe des objectifs ambitieux en matière de réduction de la consommation d’énergie pour les bâtiments publics de la Ville.

En effet, être performant en matière énergétique nous impose d’être sobre et responsable. Mais cela nous force aussi à réfléchir autrement, à inventer, à innover.

Ainsi, nous devons faire une place croissante aux énergies renouvelables, mais aussi aux énergies de récupération. Les innovations, publiques comme privées, sont nombreuses dans ce domaine. Notre collectivité se doit de les soutenir, les expérimenter et, le cas échéant, les généraliser. À ce titre, nous pouvons d’ailleurs mentionner l’expérience concluante de chauffage d’une école du 12e arrondissement par la chaleur issue des égouts de la ville.

Les piscines municipales parisiennes représentent un terrain d’expérimentation que nous devons investir sans réserve. En effet, elles figurent en tête des équipements publics parisiens les plus énergivores, et de loin. Quand les autres bâtiments publics de la Ville consomment en moyenne 276kWh par m², les piscines affichent une consommation d’environ 1.300 kwh, c’est-à-dire près de 5 fois plus !

Mais plutôt que le triste constat, voyons le formidable défi à relever !

Le Contrat de Performance Énergétique-piscines qui fait l’objet de la présente délibération prévoit un gain énergétique moyen minimum de 30% et nous y souscrivons bien entendu.

Cependant, le  volume de consommation restera conséquent et les besoins en énergies considérables. C’est pourquoi nous souhaitons que le CPE-piscines participe au développement de l’innovation énergétique en l’inscrivant parmi ses objectifs. Nous proposons ainsi de fixer un ratio parmi les 10 piscines qui feront l’objet de ce CPE, dans lesquelles des innovations énergétiques devront être testées.

Dans ce domaine précis, nous ne partons pas de nulle part. À partir de novembre 2016, la piscine municipale de la Butte aux Cailles dans le 13e sera en partie chauffée par des Datacenter installés dans ses sous-sols.

Dans la mesure où cette expérimentation se révèlerait concluante, notre groupe demande l’extension de ce mode de chauffage qui ferait alors figure d’exemple en matière d’énergie de récupération.

Pour toutes ces raisons, je vous invite, mes chers collègues, à voter ce vœu.

Je vous remercie