Notre voeu pour la création d’un véritable Pass mobilité

PassNavigoMadame la Maire, mes chers collègues,

Le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants est attaché à l’évolution des services publics parisiens. Nous défendons l’idée que c’est aux administrations publiques de s’adapter aux modes de vie des citoyens et non l’inverse.

Cette exigence est motivée par le nécessaire travail sur l’accessibilité aux services. Nous devons pour cela questionner nos modèles et avoir de l’ambition, notamment dans la coopération entre institutions. Et comme application concrète, nous pensons que le Pass Navigo fait partie de ces outils à réinterroger.

En 2001, lorsqu’il fut mis en circulation, il s’agissait d’un outil moderne qui mettait une innovation technologique au service du quotidien. Quinze plus tard, nous nous questionnons sur les possibilités manquées d’évolution de ce support.

Alors oui, les parisiens peuvent y intégrer leur abonnement Vélib. Mais c’est là une bien timide entrée dans le XXIème siècle ! Pourquoi tant de blocages ?

Les possibilités techniques permettent aujourd’hui des projets ambitieux. D’autres grandes métropoles mondiales ont mis en place des cartes uniques où chacun est libre de recharger de nombreux services. Même en France, des villes ont su développer ce type de services. Je pense à Strasbourg où un projet développé avec l’Université a permis de créer un support commun carte étudiante / carte de transports.

Le blocage est, nous le savons, avant tout institutionnel. Paris, si elle n’a pas de compétences directes, peut tout de même avoir un rôle d’interpellation d’autres administrations. C’est tout de même le quotidien des Parisiens qui est en jeu. Notre Ville intervient dans des domaines très variés, nous le constatons d’ailleurs à chaque séance du Conseil de Paris. Elle peut avoir un rôle moteur pour pousser à l’évolution de nouvelles politiques publiques.

Il nous faut donc sur cette question avoir un peu ambition  et faire enfin prendre de l’envol à un projet dont on parle depuis des années. Le Pass mobilité est une première étape. Nous espérons que l’adjoint en charge des transports nous rassurera sur l’intégration des abonnements Autolib.

Mais il nous faut maintenant aller vers un Pass unique qui permettra d’inscrire sur un même support l’accès à un ensemble de services publics. Et pourquoi pas, dans cette optique commencer par le public étudiant en leur développant une carte dédiée ?

Ainsi, mes chers collègues, ce vœu propose, vous l’aurez compris, que la Ville de Paris soit moteur dans le projet de Pass unique et mette en place les structures concrètes pour se faire.

Je vous remercie