Budget supplémentaire de la Préfecture de Police.

Madame la Maire, Monsieur le Préfet, mes chers collègues,

Avant d’en venir à la question stricte du budget, je souhaitais saluer la mobilisation sans faille des forces de police dans la capitale. L’Euro, les manifestations et la situation de sécurisation renforcée contre le terrorisme sont autant d’engagements importants qui sollicitent fortement les effectifs. Cet effort se devait d’être souligné.

Le déploiement important des forces de sécurité, vital pour la collectivité, nécessite des moyens conséquents. Cela ne nous empêche cependant pas de mener une réflexion sur l’allocation des moyens destinés à la PP.

C’est cela qui permet de garantir un service public efficace et utile au plus grand nombre. Je crois que le Budget supplémentaire présenté répond à cette exigence, puisqu’il s’agit majoritairement d’ajustements. Ainsi, il correspond au Budget primitif présenté à notre Conseil en décembre. Nous avions alors salué sa stabilité puisque les dépenses de fonctionnement n’augmentaient que 0,47%.

Nous connaissons les efforts importants de redéploiement des crédits, et d’optimisation des ressources. Dans un contexte budgétaire général compliqué, la priorité est l’exigence du service aux parisiens. Ainsi, grâce aux économies, le budget de la BSPP a pu, par exemple, être privilégié pour maintenir sa capacité opérationnelle.

Le seul point nouveau par rapport au budget primitif est, bien sûr, la baisse engagée correspondant au redéploiement de 110 ASP au sein de la brigade anti-incivilité de la Ville de Paris. C’est un premier pas timide mais certain qui va dans le sens de ce que notre groupe défend : que les Agents de Surveillance de Paris reviennent à l’autorité municipale.

Le représentant du Préfet de Police et l’Adjointe en charge de la sécurité, Colombe Brossel, nous ont assuré que la démarche était engagée. Nous espérons que le prochain Budget primitif permettra d’entériner ce changement essentiel pour la qualité de vie des parisiens.

En effet, l’action de la Préfecture de Police et celle de la Ville doivent être mieux réorientées pour être complémentaires. Les forces de police doivent assurer notre sécurité et lutter contre les faits de délinquance les plus graves. Notre collectivité doit, elle, avoir une action ciblée sur la lutte contre les incivilités.

Et Paris concrétise progressivement cette ambition de lutter contre les petits délits du quotidien. Les moyens pour cela ont été renforcés. Cependant, nous pensons que ces moyens ne sont pas encore suffisants. C’est à la nécessité d’un renforcement que doivent répondre le transfert des 1.800 ASP. Cela permettra d’avoir une action plus efficiente, l’ensemble de ces agents étant sous une autorité unique.

En outre, avec la réforme du statut de Paris, notre collectivité devra répondre à ses nouvelles compétences. Je pense par exemple à tout ce qui concerne le stationnement. Les ASP travaillent aujourd’hui majoritairement à la surveillance des règles dans ce domaine. Si leurs missions peuvent s’élargir, nous aurons besoin d’eux, et ce, dans un délai assez proche. En effet, l’avant-projet de loi relatif au statut de Paris a été transmis le 24 juin au Conseil d’Etat par le Premier Ministre, et tout porte à croire qu’une procédure parlementaire accélérée sera mise en place. Nous espérons que la Ville a d’ores et déjà prévu ces futurs changements.

En attendant cette mise en place, notre groupe votera en faveur du Budget Supplémentaire de la Préfecture de Police. Je vous remercie