Notre vœu en faveur de l’accompagnement des entreprises commerciales victimes de la crue

Madame la Maire, mes chers collègues,

Durant plusieurs semaines, de nombreuses villes franciliennes ont été victimes de la crue de la Seine. Ce fut le cas pour Paris. Et par chance, notre ville n’a eu à pâtir que de dégâts matériels, ce qui est, malgré tout, un élément à saluer.

Paris a déjà connu ce type de catastrophe naturelle : de nombreuses actions de prévention des risques sont en place et ces dispositifs continueront, nous le savons, à s’améliorer.

Le défi pour Paris est aujourd’hui de faire face aux conséquences des inondations. De nombreux infrastructures et équipements municipaux ont en effet été détruits par la montée des eaux.  Mais d’autres acteurs sont  également concernés. En effet, les zones touchées par la crue sont les Berges de Seine. Nous savons combien nous avons investis sur ces espaces, repris de haute lutte sur les voies de circulation.

Les Berges sont en effet maintenant des lieux de promenades, de respirations nécessaires dans une ville comme Paris. Elles sont également devenues des lieux de loisirs, avec des équipements sportifs, des zones de pique-niques ainsi que la présence de commerces, bars et services de restauration notamment. La bonne fréquentation de ces établissements n’est plus à prouver et ce dynamisme commercial participe à l’attractivité des Berges de Seine. Nous espérons d’ailleurs qu’il en sera de même avec le projet de piétonisation des berges rive gauche. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler.

La récente crue nous inquiète dans les conséquences qu’elle peut avoir sur les activités commerciales proposées jusqu’alors. Il est vrai que la déclaration de l’état de catastrophe naturelle facilite et accélère les démarches auprès des assureurs pour ces entreprises.

Cependant les pertes financières existent. Elles tiennent bien sûr aux destructions matérielles, mais aussi à l’arrêt de l’activité. Tout cela se passe en outre, juste en amont de la saison estivale. Nous craignons donc que certains commerces ne s’en relèvent pas. Et avec ces éventuelles fermetures, c’est bien l’attractivité et la qualité des espaces en bord de Seine qui sont menacées.

Ainsi, nous demandons à ce que la Ville soit attentive aux situations des entreprises qui ont été touchées par les inondations. Paris doit proposer, si besoin, un accompagnement ou des aides en fonction des situations,  plus particulièrement pour les petites entreprises, qui sont plus vulnérables.

Nous pensons, que cette aide est un impératif pour les futurs projets en bord de Seine. C’est pourquoi, je vous invite, mes chers collègues à voter ce vœu.  Je vous remercie