Baignade au lac Daumesnil

Madame la Maire, mes chers collègues,

Nous le savons tous, les grandes chaleurs en milieu urbain sont des moments désagréables, et peuvent même être dangereuses pour les publics vulnérables.  Les Parisiens recherchent alors des espaces de fraicheur dans un milieu qui concentre la chaleur. Mais voilà, ce besoin a parfois du mal à être satisfait. Trouver une piscine à Paris peu fréquentée un jour de grand soleil relève souvent de l’impossible. Le « Grand Splash » – si je peux l’exprimer ainsi, est un désir des Parisiennes et des Parisiens. Et pourquoi pas dans un espace ouvert sur la nature, au sein des espaces verts de la Ville.

D’autres grandes villes européennes ont déjà développé la baignade urbaine. Des projets fleurissent partout : Copenhague, Bâle et même Londres. Paris se devait de prendre le pas de cette évolution. Les Parisiens veulent se réapproprier leur ville. Et cela passe aussi par l’élément aquatique, que ce soit le fleuve, les canaux ou les lacs. Les usages liés à l’eau ont beaucoup à apporter à Paris en réinterrogeant le devenir de certains de nos espaces. C’est le cas du projet proposé au  lac Daumesnil que nous saluons.

Réinventons donc notre rapport à l’eau en ville pour réinventer Paris ! Les lieux de baignades ouverts représentent des espaces de sociabilité, ils sont gratuits et ouverts à tous. Nous pouvons nous féliciter d’un tel projet pour l’Est parisien. Nous l’avons oublié, mais rives urbaines et rêves de baignade ont longtemps fait bon ménage. Les rivières et les fleuves ont autrefois accueillis les baigneurs, avant la baisse de la qualité des cours d’eau ne les en empêchent.

Enfin, la volonté de développer des  baignades urbaines nous oblige à améliorer la qualité de l’eau et donc à l’avenir durable de notre territoire.

Ainsi est le Paris de demain : créatif, dynamique, en lien direct avec son environnement naturel !

Vous l’avez compris, le groupe RGCI votera en faveur de cette délibération. Je vous remercie.