Ouverture du centre d’accueil humanitaire des migrants

Intervention de Jean-Bernard Bros, Président du groupe

Madame la Maire, mes chers collègues,

Les élus de notre groupe avaient salué l’engagement pris par Anne Hidalgo pour un accueil digne sur notre territoire parisien. Nous saluons aujourd’hui les promesses tenues. La situation actuelle n’était en effet plus tenable avec la multiplication des campements sauvages, qui malheureusement continuent à s’installer dans l’attente de l’ouverture du centre. Les services doivent en attendant continuer à travailler pour limiter les nuisances quand cela est possible.

Il n’est pas acceptable qu’en plein Paris nous puissions laisser des femmes et des hommes vivre dans l’indignité la plus totale. L’arrivée de réfugiés en Europe n’est pas un phénomène qui va se tarir : la guerre au Proche-Orient et la pauvreté aujourd’hui, les déplacés climatiques demain. Fermer les yeux ou édifier des barrières n’y changera rien. C’est à nous, autorité publique, de prendre en charge les besoins en accueil. Il nous faut nous adapter, vite. Il nous faut proposer des solutions. Il nous faut refuser l’impuissance.

Le projet présenté aujourd’hui, fruit d’un travail partenarial, coordonné par ma collègue Dominique Versini, est un projet solide, sérieux et qui répond à de nombreuses attentes :tout d’abord, l’attente d’un lieu suffisamment grand pour permettre l’accueil et l’orientation de centaines de personnes ;le besoin aussi pour les familles et les enfants de se reposer dans un espace sécurisant avec le choix d’une deuxième construction à Ivry-sur-Seine ;l’organisation efficace du site avec le choix d’un opérateur comme Emmaüs Solidarité dont on ne peut que saluer le professionnalisme ; et enfin, l’encadrement des bonnes volontés avec l’appel à des associations spécialisées comme Benenova.

Il est vrai aussi que c’est un pari qui est fait aujourd’hui. Premiers centres de ce type en France, il est normal que cela amène des questions, certaines craintes parfois. La Ville a prouvé qu’elle savait travailler dans l’urgence et gageons que le dispositif mis en place sera être modulé si besoin. Mais dans la crise des réfugiés qui touche aujourd’hui l’Europe, notre collectivité n’est qu’un des échelons de prise en charge. Il faut qu’au niveau national et européen des mesures courageuses soient enfin prises. Le protocole passé avec l’État nous paraît être un premier pas dans cette réponse.

Nous saluons un beau projet, un projet utile, un projet humaniste qui fera l’honneur de notre ville. Je vous remercie.


Intervention de Didier Guillot

Madame la Maire, mes chers collègues,

Je souhaite réitérer mon soutien au projet qui nous est soumis aujourd’hui. La situation actuelle n’est plus tenable et nous devons participer à trouver une solution pour accueillir au mieux les réfugiés qui arrivent chaque jour sur notre continent et aussi dans notre Ville. Je veux saluer le volontarisme, l’efficacité, la réactivité et la rapidité de la Ville de Paris, d’Anne Hidalgo, Dominique Versini et Eric Lejoindre, le maire du 18ème sur cette opération et le soutien sans faille de l’Etat aux côtés des acteurs de terrain et d’abord d’Emmaus Solidarité qui a su proposer des solutions innovantes. .

Le centre qui sera situé porte de la Chapelle sera un lieu essentiel dans notre politique d’accueil et permettra d’orienter au mieux les migrants.

Je veux ici souligner le caractère innovant de l’urbanisme intercalaire et modulaire. Ce type d’intervention urbaine limitée dans le temps permets de faire vivre des solutions innovantes comme ce que nous venons de vivre à Saint Vincent de Paul ou encore sur le site de Grand Train. Nous devons multiplier ce type de solutions dans les interstices de la ville et sur les lieux où sont prévus des projets à long terme. Ce type d’intervention à l’échelle de la métropole pourrait permettre de faire face à beaucoup de situations d’urgence ou d’inventer de nouvelles façons de faire vivre des territoires en mutation.

Le centre est envisagé comme une structure provisoire pour laisser place en 2018 à l’édification du Campus Condorcet. Le projet Condorcet a été préparé sur le long terme avec les partenaires institutionnels concernés et ce depuis plus de 10 ans ! Pour mémoire, l’arrivée de l’Université Paris 1 porte de la Chapelle était déjà inscrite au CPER 2007-2013 ! L’objectif, au-delà de l’édification d’un campus accueillant pour les étudiants, était de revitaliser et requalifier le nord-est du 18ème arrondissement. Dans un quartier populaire à l’urbanisme peu accueillant, ce nouveau campus offre les possibilités d’une réhabilitation du cadre de vie. Ce campus à cheval sur Paris et Aubervilliers sera le premier campus transpériphérique et donc le premier campus métropolitain. Sans bien sûr remettre en cause le futur centre d’accueil, il nous faut dès à présent rechercher un autre terrain, à Paris ou à proximité qui réponde aux besoins actuels.

Ainsi, avec cette vigilance, je souhaitais exprimer mon soutien au projet de l’exécutif. Je vous remercie