Stratégie Paris-Piétons

Madame la Maire, mes chers collègues,

L’enjeu de cohabitation des différents modes de déplacement dans l’espace public est essentiel dans une ville aussi dense que Paris. Il faut créer du lien entre les différents types d’usage, car nous passons tous d’un mode de transport à un autre. La multiplicité des usages nécessitent aussi un équilibre dans les aménagements urbains pour qu’ils s’adressent à tous et pour créer une ville apaisée.

Paris a hérité d’une situation créée dans les années 70 qui a laissé trop de place à la circulation motorisée. La Ville a déjà pris des mesures pour rééquilibrer les espaces en faveur des piétons. Je pense aux berges de Seine, aux places parisiennes ou aux rues partagées. Mais malgré ces efforts, force est de constater qu’il n’est pas encore toujours aisé d’être piéton à Paris. Mobilier urbain mal positionné, stationnement sauvage des automobilistes, terrasses de café encombrantes, traversée de voies dangereuses, micros-trottoirs, et j’en passe. Pourtant, et cela a été dit, la marche est finalement le moyen de transport le plus utilisé à Paris, puisqu’elle concerne 60% des trajets. En outre, la marche à pied est un transport économique, bon pour la santé et l’environnement. Elle permet aussi de faire vivre nos quartiers et nos commerces.

Il faut donc aller plus loin. C’est à cette ambition que répond la stratégie Paris piéton, élaborée à travers un processus de concertation. Les groupes de travail se sont intéressés aux déplacements à pied, bien sûr, mais aussi à l’hospitalité des espaces publics et à la diversité des usages.   Les propositions sont d’ailleurs intéressantes pour créer un véritable maillage piétonnier sur l’ensemble du territoire parisien.

Mais nous pensons, et c’est la raison pour laquelle notre groupe a déposé trois vœux, que  certains points pourraient être améliorés.

Tout d’abord en ce qui concerne le revêtement des espaces piétons. Paris compte 3.000 kms de trottoirs. Or les travaux réguliers qui s’y déroulent rendent leur état insatisfaisant. Dans certains quartiers les dégradations sont importantes et les revêtements mettent du temps à être restaurer. Il n’est pas acceptable, qu’une personne en fauteuil roulant ou une famille avec une poussette rencontrent tant de difficultés à se déplacer sur nos trottoirs, parce que le revêtement n’est pas réalisé après des travaux. Une réponse plus concrète doit être apportée.

En outre, la question de la mixité des espaces publics est primordiale. Il n’est pas normal que l’importance des usages dépende du genre. La Ville s’est d’ailleurs engagée à ce sujet, en éditant notamment un « Guide référentiel, Genre et espace public ». La question des femmes dans notre espace public est centrale pour construire une ville apaisée et est fortement liée à l’aménagement piéton. Nous trouvons donc dommage qu’elle ne soit pas plus largement abordée dans la Stratégie.

Enfin, nous réitérons notre demande concernant un certain nombre de quartiers touristiques qui pourraient être le théâtre d’expérimentations ou d’aménagements pour une piétonisation, au moins partielle.

Nous espérons que l’exécutif répondra favorablement à nos vœux. Mes chers collègues, le groupe RGCI soutient la mise en place de la Stratégie Paris piéton, et nous espérons, par nos vœux, avoir porté des éléments constructifs. Je vous remercie.