Stratégie parisienne « Handicap, inclusion et accessibilité universelle »

Intervention de Jean-Bernard BROS, Président du groupe

Madame la Maire, mes chers collègues,

En France, les personnes en situation d’incapacité ou de handicap représentent 26,4% de la population. A Paris, de nombreux citoyens sont concernés. Chaque année, la M.D.P.H. analyse ainsi plus de 40.000 situations individuelles. Cela nous enjoint bien sûr à agir.

Les personnes handicapées vivent trop souvent à part des autres. Et cela pose des questions évidentes de vivre-ensemble. Nous avions salué les premiers axes de travail de la Stratégie présentés en 2015. Ils permettaient de répondre à l’enjeu important de l’inclusion. Ce mot parait aujourd’hui évident. Mais les politiques en France ont longtemps été marquées par une volonté d’intégration et non d’inclusion.

En signant en 2010, la convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, notre pays a changé d’optique de travail. Et notre ville s’est engagée à participer à cette évolution fondamentale et positive. Ainsi la Stratégie parisienne 2017-2021 va répondre largement à ces problématiques. Issue d’une concertation large avec les acteurs du handicap, elle amplifie les améliorations apportées depuis plusieurs années.

L’engagement de notre collectivité, qui est également financier, doit avant tout être considéré comme une opportunité. Ce qui bénéficie aux personnes en situation de handicap, bénéficie finalement à tous. Cela touche les personnes en incapacité temporaire et permet  d’élever globalement la qualité du service public. La notion d’accessibilité universelle prend alors tout son sens. Cette réflexion favorise aussi l’innovation et le dynamisme de notre territoire.

Développer l’accessibilité, c’est innover pour tous les lieux : les bibliothèques, les musées, les cinémas viennent immédiatement à l’esprit. Nous pensons moins aux équipements sportifs ainsi qu’aux structures d’activités périscolaires, tout aussi importants.

Pour amener l’inclusion, il faut aussi un changement de regard, à travailler dès le plus jeune âge. Il faut, dès que cela est possible, favoriser l’accès au droit commun. Nous savons que 3% des élèves sont en situation de handicap. La présence de ces jeunes enfants au sein de structures ordinaires, à l’école ou en périscolaire, est essentielle :

  • pour eux, car elle permet de préparer leur avenir dans la société ;
  • pour tous les autres, adultes ou enfants, car elle permet de faire évoluer leur regard sur le handicap.

Cette volonté doit se poursuivre aussi dans le monde du travail. Ainsi, un travail d’accompagnement important est prévu pour éviter notamment les ruptures à l’issue de la scolarisation.

Si l’accessibilité physique est importante, l’accessibilité numérique l’est aussi. Et les parisiens en situation de handicap ne doivent pas être oubliés. Nous saluons l’engagement pris sur le sujet.  La dématérialisation permet certes, une inclusion des publics à mobilité réduite, mais elle peut représenter une barrière à la participation citoyenne pour d’autres. Il était important que la Ville de Paris adapte ses leviers de communication numérique.

Nous n’avons malheureusement pas le temps d’aborder l’ensemble des engagements de la Stratégie parisienne. Mais globalement, notre groupe souhaite saluer le travail mené et les engagements sérieux et ambitieux pris par notre collectivité.

Je vous remercie