Hommage du Conseil de Paris à Xavier Jugelé

Intervention de Buon TAN, Vice-Président du groupe RGCI

Monsieur le Préfet de Police, Madame la Maire,
Mes chers collègues,

« Je suis content que le Bataclan rouvre. C’est symbolique. Nous sommes ici ce soir pour défendre nos valeurs. Ce concert, c’est pour célébrer la vie. Pour dire non aux terroristes ». Voici les mots du Capitaine Xavier Jugelé prononcés lors du concert de réouverture du Bataclan, où il avait été dépêché le soir des attentats.

Des mots qui résonnent fortement aujourd’hui, alors qu’il a été abattu, froidement, le 20 avril 2017 dans l’exercice de ces fonctions.

Jeudi, sur les Champs-Elysées, il a donné sa vie pour sauver les nôtres. Gardien de la paix depuis six ans, il était parti deux fois en Grèce pour aider à sécuriser les migrants au plus fort de l’afflux migratoire, en 2015 et 2016. C’était un homme d’engagement, au service de l’intérêt général. Sa disparition est une grande perte pour la France.

Il laisse derrière lui une famille, je pense particulièrement à son compagnon qui s’est exprimé avec dignité et émotion à l’hommage national rendu ce matin. Xavier Jugelé laisse derrière lui, des amis, des collègues. Nos pensées vont vers eux. Nous partageons leur peine.

Les meurtres menés au nom d’un Dieu fantasmé et sanguinaire égrainent, en France, en Europe et au-delà, leur lot de malheurs et de massacres. L’attaque menée à Paris, dans la soirée du 20 avril, comme celles avortées à Orly ou au Musée du Louvre il y a à peine quelques semaines, nous rappellent que la menace est permanente. En quelques secondes, ce sont trois symboles de notre République et du vivre-ensemble qui ont été visés et touchés :

  • Le lieu de l’attaque : les Champs-Elysées, cette avenue mondialement connue, qui représente aussi la France pour des millions de Parisiens et de touristes.
  • La date, à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle ; cette expression de la démocratie, de la liberté et du pluralisme politique.
  • Les cibles devenus victimes : ce sont bien des policiers qui étaient visés, parce qu’ils portent le signe de la République et parce qu’ils sont chargés de notre sécurité.

Les attaques terroristes ont vu la mort de trop nombreux policiers en service. Ces femmes et ces hommes nous permettent de continuer à vivre, de ne pas ressentir chaque jour la peur. Ils paient de leur vie la lutte contre les fanatiques.

Nous souhaitions aussi rendre un hommage appuyé à leur action sur le terrain, car c’est grâce à eux que notre République existe, que nous pouvons exercer nos droits et nos libertés.

De nombreux Parisiens, touristes, visiteurs, passants, se sont spontanément réunis sur les lieux de l’attaque pour saluer ce sacrifice. Ces témoignages marquent la reconnaissance des citoyens.

Face à cette violence sans pareil, des réponses s’imposent. Nous, élus de Paris, élus de la République, avons notre rôle à jouer. Nous devons rassurer nos concitoyens légitimement inquiets. Il nous faut aussi exprimer que seuls la fraternité et le dialogue permettent de lutter contre la haine et le terrorisme, face à des tueurs qui cherchent, à tout prix, à diviser notre société. La protection des citoyens est un impératif catégorique. Personne ne l’ignore. Mais chacun sait aussi que, face à cette menace diffuse et acharnée, le risque zéro n’existe pas et n’existera pas.

En cette période particulière, ce n’est pas un message de peur et haine qu’il nous faut donner face au terrorisme, non, il nous faut transmettre celui de l’action et de la détermination :

  • Continuer à lutter contre la radicalisation, la prévenir et réprimer les discours appelant au meurtre ;
  • Continuer à déployer les moyens de sécurité suffisant et renforcer les forces de sécurité ;
  • Ne pas céder aux amalgames et assurer une plus grande solidarité vis-à-vis de tous les citoyens de France, pour que personne ne se sente lésé.

Le combat est long, il est difficile, complexe et nécessite la mobilisation de tous. Comme le disait Nelson Mandela « Le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre ». Et pour ce courage, cette détermination, nous saluons la mémoire de Xavier Jugelé.

Nous n’oublierons jamais qu’il a donné sa vie pour nous protéger. Pour être digne de cette vie donnée, il nous faut continuer à nous battre, ne pas céder à l’impuissance et à honorer les valeurs de la République.

Je vous remercie