Notre vœu pour le renforcement de la médiation culturelle autour de « Nuit blanche »

Intervention de Jean-Bernard Bros, Président du groupe

Madame la Maire, mes chers collègues,

Les enjeux artistiques et culturels de demain trouveront forcément leur source dans le développement d’initiatives culturelles de proximité. Nuit Blanche est l’une de ces initiatives. Elle permet aux Parisiens et aux visiteurs de déambuler d’une autre façon dans l’espace urbain nocturne. Nous y sommes très attachés !

C’est un grand moment de rencontres entre la création contemporaine et le grand public. Mais, cela ne doit pas nous faire oublier qu’il existe une réelle difficulté à communiquer l’art contemporain.

Ainsi, la spécificité de la médiation sur ce sujet ne réside pas dans la création de nouveaux moyens de communication. Mais, elle se niche dans le fait qu’elle est indispensable à la mise en évidence de la dimension contextuelle de l’œuvre. Sans cela, les incompréhensions sont nombreuses :

  • positives quand elle suppose une interrogation sur l’œuvre ;
  • mais regrettables quand cela pousse certains à s’en détourner.

C’est pourquoi, nous devons nous attacher à constamment améliorer la médiation autour de Nuit Blanche, qui permet la prise en compte de la complexité d’accès à ces œuvres. Nous le savons, de nombreuses choses ont déjà été faites sur ce sujet. Et il faut les saluer. Mais nous devons peut-être aller plus loin.

Chaque année, Nuit Blanche accueille plusieurs millions de visiteurs. Face à ce succès, les médiateurs culturels sont peu vus par le grand public et sont parfois contraints de se limiter à la distribution des programmes.

C’est pourquoi, nous proposons, par notre vœu, de renforcer leur place, notamment en séparant le travail d’explication de l’œuvre de celui de l’orientation des visiteurs.

Des solutions numériques peuvent également être regardées pour améliorer encore l’explication des œuvres proposées.

Pour toutes ces raisons, je vous invite, mes chers collègues, à bien vouloir voter ce vœu. Je vous remercie.