Notre vœu pour l’installation de ruches à graines

Intervention de Didier Guillot

Madame la Maire, mes chers collègues,

Paris doit offrir des lieux de respiration à ses habitants et nous savons qu’en la matière, l’exécutif mène un travail ambitieux pour rendre notre ville plus verte. La végétalisation se fait à la fois directement par la Ville, c’est le cas de nos parcs et jardins. Mais depuis plusieurs années, notre collectivité accompagne les initiatives citoyennes en la matière, et même les impulse. Distribution de graines, de kits de jardinage, de plantes inutilisées par les espaces verts, végétalisation des pieds d’arbres, jardins partagés, toutes ces actions sont positives.

Les élus du groupe RGCI soutiennent aussi le déploiement d’une économie du partage, qui permet de nouveaux échanges entre habitants. La solidarité, les échanges de proximité, la biodiversité urbaine sont autant d’objectifs de la politique municipale que nous soutenons.

Par ce vœu, notre groupe souhaite donc apporter sa pierre à l’édifice, être le colibri de la forêt parisienne, pour reprendre la métaphore chère à Pierre Rabhi. Nous proposons donc l’installation de Ruches à graines. Qui sont de petites boîtes qui permettent l’échange de graines en tout genre. Les Parisiens pourront ainsi y déposer et y prendre toutes sortes de graines parmi une collection collective. Le principe : créer un nouvel espace de partage pour petits et grands autour de la biodiversité.

Nous avons proposé que cette installation soit faite au niveau des jardins partagés, lieux associatifs, mais nous sommes tout à fait ouverts à ce que ce soit étendu à d’autres lieux. Bibliothèques, espaces verts, mairies d’arrondissements, tous ces endroits sont pour nous autant d’espace de partages envisageables.

Si nous ne pouvons obliger les associations à installer des Ruches à graines, nous pouvons les y aider. Et nous n’avons, nous, aucun doute sur le succès qu’une telle initiative peut rencontrer. Les jardins partagés sont des espaces de partage, comme leur nom l’indique. Je rappelle que les habitants gestionnaires du jardin partagé s’engagent notamment à ouvrir le jardin au public.

Paris ne serait d’ailleurs pas la première à œuvrer en ce sens. En effet, dans de nombreuses collectivités, les bibliothèques accueillent des « grainothèques », sous la forme de boîtes contenant des sachets de graines. Les usagers de la bibliothèque sont invités à venir y piocher, pour les cultiver dans leur jardin et à alimenter la « grainothèque » à leur tour.

Les semences constituent un patrimoine millénaire qui s’est développé par le biais du partage de graines entre paysans. Il s’agit donc d’un retour à une activité essentielle.  La biodiversité étant devenue citoyenne d’honneur de la Ville, nous pensons qu’il nous faut donc continuer à lui rendre hommage.

Nous espérons ainsi, mes chers collègues, que vous voterez pour ce vœu. Je vous remercie.