Petite ceinture : implantation des activités économiques

Madame la Maire, mes chers collègues,

Je profite de cette délibération pour rappeler combien notre groupe est attaché au projet de  reconquête de la petite ceinture. Ce lieu est unique à Paris. Il offre un paysage pittoresque inédit issu de son histoire ferroviaire, mais aussi de son abandon, favorisant au fil des années le développement d’une faune et d’une flore remarquable.

Trace du passé, la petite ceinture est surtout un atout majeur pour le Paris de demain. Avec 21.000 habitants au kilomètre carré, Paris est la 6e ville la plus dense au monde. Les enjeux environnementaux auxquels notre Métropole est confrontée sont donc forts. Et exige une politique de développement des espaces verts, de détente et de loisirs.

Aucun jardin public de quartier ne peut se vanter d’avoir une telle histoire, et une telle biodiversité. Il est essentiel que les futurs aménagements préservent la dimension de friche urbaine et la végétation qui font tout le charme de la petite ceinture. Pour autant, il ne s’agit pas de tomber dans l’excès et d’avoir une vision trop nostalgique ou trop figée de la cet espace. Elle doit offrir une pluralité d’activités et devenir le terrain d’innovations citoyennes, économiques et environnementales.

Ne nous trompons pas. Si la petite ceinture offre un espace de respiration, elle ne doit pas non plus être en dehors de la Ville, mais s’y intégré pleinement, pour être accessible au plus grand nombre. A l’occasion du débat sur la protocole-cadre en avril 2015, notre groupe avait d’ailleurs fait adopter un vœu qui insistait sur la mise en place d’une programmation équilibrée, originale et innovante.

Une activité économique doit y avoir toute sa place. Elle permettra d’animer le futur espace ouvert au public. Il ne s’agit pas, bien sûr, d’ouvrir les lieux d’implantation commerciale aux grandes enseignes internationales. Nous pensons que les commerces de proximité ont toute leur place pour occuper les surfaces et bâtiment libre en complément d’espaces de loisirs.

La délibération nous parait positive car elle entame une démarche globale de développement du patrimoine disponible. Si des activités économiques doivent s’implanter sur la Petite Ceinture – ce que nous souhaitons – il faut mener un travail opérationnel :

  • sur la stratégie économique à mettre en œuvre ;
  • sur le calendrier de valorisation des actifs disponibles et sur les outils opérationnels ;

Cela permettra de valoriser de manière équilibrée ces nouveaux espaces qui s’ouvrent à nous. Il ne nous faut pas s’offusquer d’avoir une stratégie commerciale. Au contraire, elle va nous permettre de poser un cadre précis sur ce que nous voulons. Pour ces raisons, nous accueillons favorablement cette délibération.