Schéma parisien pour les seniors

Madame la Maire, mes chers collègues,

Le vieillissement de la population est une réalité en France comme dans le monde. Le recul de la mortalité, lié au progrès de la médecine, a permis à de nombreux citoyens d’avoir, au-delà de la retraite, une période de vie de plus en plus longue. Si Paris a une population de plus de 60 ans moins nombreuse qu’au niveau national, les seniors ne représentent pas moins de 20,8%  de la population parisienne.

Les enjeux pour l’avenir sont nombreux. Je pense notamment au financement de la dépendance, et au système de protection sociale. Les perspectives montrent que le vieillissement de la population continuera et que ces enjeux seront encore plus prégnants. Des choix seront à faire, et ils auront bien sûr des conséquences sur l’action des collectivités.

Mais pour revenir au présent, l’action de la Ville de Paris à destination des seniors est multiple et concerne de nombreux domaines. Une stratégie d’action globale et de mise en cohérence est donc tout à fait nécessaire, pour un service public efficace et adaptée à la réalité des seniors parisiens. Ce fut déjà le cas dès 2012, avec le 1er schéma parisien dont le bilan est à saluer :

  • augmentation du nombre de places en EPHAD et en accueil de jour,
  • amélioration des dispositifs de maintien à domicile,
  • meilleure coordination des acteurs au service des seniors.

Mais aujourd’hui, les besoins et attentes des seniors ont évolué. Il fallait que la Ville s’y adapte en prenant en compte le travail déjà effectué. Le renouvellement du schéma parisien a donc été l’occasion de mener un travail de fond pour faire face à la diversité des situations. Ainsi, la collectivité s’est engagée à penser la question de l’adaptation de la ville à l’avancée en âge. L’objectif est de permettre à chacun – quel que soit son âge – de trouver un cadre adapté à son parcours de vie. En effet, nous savons, car certains d’entre nous en ont l’âge (ou presque), que les jeunes retraités sont aujourd’hui très actifs dans la vie de la cité et dans leur vie personnelle. Ils n’ont pas les mêmes besoins que les personnes presque centenaires. Leur situation ne peut donc pas être abordée de la même manière.

Ainsi, afin de répondre à ce besoin, de nombreux travaux ont été organisés au cours de l’année 2016. Nous saluons à ce titre la création du « Silver Think tank » ou « Laboratoire d’idées sur le bien vieillir ». Composé de nombreux chercheurs, experts et responsables associatifs, ce groupe s’est penché sur différents thèmes relatifs au vieillissement en milieu urbain afin d’irriguer la réflexion municipale. Les thèmes identifiés s’articulaient autour de la santé, de l’engagement associatif, de l’habitat, des déplacements, ou encore de l’innovation. Ses conclusions ont permis d’alimenter l’élaboration du nouveau schéma.

Ce travail de réflexion a été complété par les groupes de travail thématique mené par la DASES, réunissant les services de la Ville et les professionnels, institutionnels et associatifs, travaillant au service des seniors parisiens. Enfin, et surtout, une importante concertation citoyenne a été réalisée auprès de 2.800 seniors parisiens tirés au sort sur les listes électorales.  Issus des 20 arrondissements parisiens, ils ont été invités à participer à une Conférence citoyenne. Dans ce cadre, 180 personnes âgées de 60 à 93 ans ont participé à des ateliers de travail au cours desquels ils ont pu échanger sur leurs modes de vie, leurs attentes et leurs besoins. Cette démarche participative de grande qualité a permis d’aboutir à un schéma complet, qui répond véritablement aux enjeux parisiens.

Nous saluons les mesures amorcées grâce aux travaux menées par l’adjointe en Charge, Dominique Versini. Les axes de travail nous paraissent réellement adaptés :

  • Le premier concerne la nécessité d’une communication positive sur les seniors. Cette volonté de considérer le vieillissement avec ses caractéristiques positives est celle des personnes interrogées. C’est une nouveauté, qui est d’autant plus importante que sa mise à l’agenda ne venait pas forcément de soi ;
  • Le deuxième axe important est la continuité du travail de simplification des démarches. Notre collectivité s’est engagé dans une démarche globale d’amélioration de l’accessibilité des services publics, il était donc normal que les seniors en bénéficie ;
  • Le regroupement des services à destination des seniors mais aussi des aidants, dans des « Maisons des aînés » fait également partie de cette démarche d’accessibilité. L’amélioration de la lisibilité de notre service public à travers ces guichets publics, est gage d’efficacité ;
  • La lutte contre l’isolement, qui est un enjeu important à Paris, fait l’objet de nombreuses mesures. Favoriser les activités intergénérationnels et la participation des seniors à la vie de la cité est une nécessité qui n’était pas jusque-là abordée avec autant d’acuité.

Nous souhaitions aussi collectivement souligner les efforts pour que l’innovation, technique ou sociale, fasse partie des réponses apportées par la Ville. C’est une démarche que nous devons avoir de manière constante, et je crois que ce schéma permettra de répondre à ce besoin. Kafka écrivait « le bonheur efface la vieillesse ». Le travail mené apportera, nous l’espérons, un peu de ce bonheur à tous nos aînés. C’est pourquoi le groupe RGCI votera en faveur du Schéma parisien pour les seniors.