Objectif Paris Propre

Les élus du groupe RGCI appellent dans leur intervention à un « choc de responsabilités ».

Intervention de Laurence GOLDGRAB, Présidente du groupe

Madame la Maire,  Mes chers collègues,

Le cadre urbain est en évolution permanente. De nouveaux quartiers sortent de terre, l’espace public s’agrandit, de nouveaux usages apparaissent. Et nous devons constamment nous adapter. Ce constat, aussi simple soit-il nous encourage à plaider en faveur d’un renforcement du caractère prioritaire des moyens accordés à la Propreté à Paris. Ce que nous faisons depuis le début de la mandature.

Je le crois, les nouveaux engagements présentés ce matin ne sont pas synonymes de tâtonnements. Ils sont le résultat de notre adaptation permanente aux besoins. Mettre régulièrement la question de la propreté au cœur du débat parisien pour faire le bilan d’étape notre action et pour tracer les objectifs futurs est essentiel.

Car Paris agit. Pour améliorer le service, notre Ville est mobilisée pour le renouvellement des machines. A l’avenir, celles-ci s’avéreront plus performantes. Elles rejetteront moins de CO2 dans l’atmosphère et les nuisances sonores seront moindres.

Le plan de renforcement de la propreté a également permis d’adapter l’organisation des services. Ainsi, la mise à disposition de moyens renforcés et localisés durant la période estivale grâce à de nouveaux horaires de travail plus adaptés, notamment en nocturne était une réponse indispensable.

Notre collectivité développe différents services en direction des citoyens: l’application « Dans Ma Rue », l’enlèvement gratuit des encombrants, les sanisettes pour ne citer que quelques exemples concrets que tout à chacun connait dans cette assemblée. Il semble que certains d’entre nous ont oublié tout cela.

Paris investit dans de nouveaux outils plus efficaces, embauche du personnel, augmente les cadences de ramassage. Aujourd’hui, il existe un site Internet très bien fait pour se débarrasser de ses encombrants en les faisant ramasser par les services municipaux, pourtant de nombreux habitants continuent de laisser les leurs dans la rue sans prévenir quiconque.

Des monceaux de mégots s’accumulent au sol devant les entreprises, les commerces, les cafés, les restos, des graphitis sur les murs et boutiques, des vieux canapés sont abandonnés sur le trottoir ou des chewing-gums sont jetés aux pieds des arbres. Les déchets ne tombent pas du ciel. Je ne le crois pas. Ceux qui jettent des détritus dans la rue doivent changer de comportement.

Nous plaidons pour un véritable choc de responsabilité. Du côté de la Ville,  ses  agents doivent être fortement mobilisés pour la propreté de notre ville. Aussi, je tiens tout particulièrement à saluer, au nom de tous les élus de mon groupe, le travail des agents mobilisés au service de la propreté de notre ville. Bien souvent, ces femmes et ces hommes pallient aux actes d’incivilité.

D’un autre côté nous avons la sensation de nous répéter. Mais il faut encore le redire. Rien ne sera possible en termes de propreté sans prise en compte citoyenne. Nous devons responsabiliser les citoyens pour un meilleur cadre de ville, un comportement plus respectueux des concitoyens en général et de chacun en particulier est bien nécessaire. L’historique des déjections canines nous démontre l’efficacité d’une auto régulation citoyenne associée aux réponses de la Ville. Nous devons donc agir comparablement mieux dans ces deux directions. Responsabilité de la ville d’un côté et des citoyens de l’autre

Il nous faut continuer à agir pour modifier les comportements. Nous devons ainsi déployer de nombreuses dispositions pour responsabiliser et éduquer les citoyens et au-delà tous les usagers de la ville. Cela passe nécessairement par un renforcement de notre communication.

« La répétition est la mère de l’apprentissage » dit le proverbe. A commencer par rappeler des informations simples. Les citoyens le disent eux-mêmes dans leur avis. Il s’agit avant tout d’informer et de donner de la visibilité aux différents services, équipements et moyens proposés aux citoyens et déjà mis en place.

Pour toucher les plus jeunes, nous partageons également le point de vue du Conseil Parisien de la Jeunesse. La Ville, en plus d’une communication sur des canaux institutionnels comme elle l’a déjà fait par le passer, doit  innover. Et pourquoi ne pas laisser la place à un ton décalé, en utilisant par exemple le format vidéo pour montrer l’évolution de l’état des rues tout au long de la journée.

Responsabiliser passe également par le développement de la verbalisation, qui contribue aux bonnes pratiques. Seule une présence accrue de nos agents permettra de sanctionner les incivilités. Seules des sanctions réelles permettront de faire changer les comportements de ceux qui dégradent notre cadre de vie.  Même si nous pouvons le déplorer, il s’agit a minima et à ce stade, d’une étape indispensable.

Responsabiliser c’est aussi s’adresser aux entreprises aux cafés et aux restaurants. La sensibilisation des salariés, notamment sur le jet de mégots aux portes de leurs bureaux permettrait le lever un blocage important dans la lutte contre le jet de mégots sur les trottoirs et dans les caniveaux.

Nous devons également apporter des réponses adaptées, localisées et efficaces pour garder notre ville propre. Aussi, les élus du groupe RGCI sont très favorables à la gestion partagée entre la Mairie Centrale et les Mairies d’arrondissement d’une part, et avec les acteurs de la démocratie locale d’autre part.

Pour nos élus, l’approche plurielle de l’entretien de Paris est essentielle. Les situations locales appellent bien souvent des réponses locales. La co-construction politique et technique de la politique de propreté entre la Mairie Centrale, la DPE et les arrondissements permet une bonne prise en compte des spécificités locales et des nouveaux usages des espaces publics. Nous nous réjouissons des nombreuses orientations qui vont dans ce sens.

Nous, élus de la majorité, comme de l’opposition, partageons un certain nombre de constats. Le rapport de la MIE nous le montre tout comme l’adoption des préconisations par tous les élus représentés dans cette mission. Et ces constats sont également plus largement partagés. Ainsi, il est rassurant de voir que les travaux de la conférence citoyenne ainsi que ceux du Conseil Parisien de la Jeunesse vont dans le même sens.

La propreté reste un sujet de préoccupation important pour les habitants. Lorsque l’on parle de la propreté, il y a toujours des personnes qui ont un avis et qui sont prêtes à se mobiliser.

Pour conclure, notre action doit s’accompagner d’une large concertation associant les citoyens, les associations, les acteurs économiques et institutionnels. Sans cette prise de conscience commune et le partage de cette ambition, réussir serait une gageure.

Je vous remercie.