Pourquoi des élus proposent-ils de légaliser le cannabis à Paris même s’ils n’ont aucune chance d’y arriver ?

Pourquoi des élus proposent-ils de légaliser le cannabis à Paris même s’ils n’ont aucune chance d’y arriver ? – LCI LÉGALISATION – Le Conseil de Paris se penche mercredi 10 juillet sur une proposition visant à expérimenter la consommation de cannabis à usage récréatif. Un souhait porté par le groupe Radical de gauche, Centre et Indépendants qui a (très) peu de chances de voir le jour. 2019-07-10T16:37:30.314Z – Hugues Garnier

Paris première ville française autorisant la consommation de cannabis ? C’est la proposition que soutient mercredi 10 juillet le groupe Radical de gauche, Centre et Indépendants (RGCI) au Conseil de Paris. Disons-le tout de suite, l’initiative n’a presque aucune chance d’aboutir mais ce n’est pas le but premier du groupe. « Notre objectif est de remettre la question sur le tapis », explique-t-on du côté des élus RGCI, qui assurent être soutenus par le groupe Génération.s, les élus écologistes et les élus communistes. 

Le sujet est pourtant boudé par les pouvoirs publics, constate Renaud Colson. « Cela tient à la culture politique française, à la timidité de nos hommes politiques sur ce sujet », explique à LCI le juriste, co-signataire d’une tribune appelant à une « légalisation encadrée » du cannabis dans le magazine L’Obs

Alors que ce sont environ 10 millions de Français qui ont admis avoir déjà consommé du cannabis, la question d’une voie ouverte à la légalisation du cannabis est de plus en plus populaire. Selon une enquête Ifop pour le think tank Terra Nova et le « lobby participatif » ECHO Citoyen, « 51 % des Français seraient favorables à une régulation et un encadrement du cannabis » qui fixeraient « des règles concernant sa production, sa distribution et sa consommation tout en maintenant son interdiction dans certains cas. » Un encadrement qui prendrait diverses formes : interdiction pour les mineurs et dans les lieux publics, réglementation similaire à celle du tabac, zonage des lieux de consommation etc. Mais la ville de Paris peut-elle à elle seule voter pour une légalisation encadrée du cannabis ? Impossible et ce pour plusieurs raisons. 

Une façon de mettre sur le tapis la question de la légalisation

« En l’état du droit, c’est inenvisageable », rappelle Renaud Colson à LCI, la décision de légaliser cette drogue « douce » revenant à la compétence du législateur. Le juriste explique que la capitale ne dispose pas « des ressources techniques pour organiser une légalisation « locale » du cannabis. […] Ça n’est tout simplement pas quelque chose qui se décide à l’échelle d’une collectivité territoriale », indique le juriste. Renaud Colson salue toutefois la proposition initiée par plusieurs conseillers de la ville : « C’est de la gesticulation politique, mais il en faut ! Ça va dans le bon sens. »

Ce n’est pas la première fois que la proposition de légaliser le cannabis est soulevée à l’échelle locale : des élus de Grenoble, Marseille, Châteauroux ou Villeurbanne militent régulièrement pour l’évolution de la loi de 1970. « Les industriels, les consommateurs et maintenant les élus locaux… Ça bouge partout sauf au gouvernement qui semble remarquablement peu intéressé par la politique des drogues et par les évolutions internationales qui la caractérisent », déplore Renaud Colson. Interviewé par LCI, le groupe RGCI du Conseil de Paris s’interroge sur les conséquences générées par cette loi : « Plusieurs élus parisiens, du XVIIIe et XIXe arrondissement, et de communes voisines voient aujourd’hui leurs quartiers gangrenés par les trafics. Il n’y a pas assez d’effectifs de police pour tout contrôler. Nous nous demandons si la loi en vigueur a eu un quelconque effet réel ».