About admin

Posts by admin:

Promotion de l’économie circulaire à Paris

Intervention de Didier Guillot

Madame la Maire, mes chers mes collègues,

Pour débuter mon intervention, je souhaitais citer quelques chiffres :

  • 1,6, planète : ce sont les ressources que nous utilisons chaque année ;
  • 1,3 million : c’est le nombre de litres d’eau que nous utilisons chaque seconde. Inutile de vous dire que c’est largement supérieur aux capacités de renouvellement des réserves ;
  • 324 millions, c’est le nombre de tonnes de déchets produits par an en France ;

Je pourrai continuer ainsi pendant plusieurs minutes. Je crois que vous l’avez déjà compris, notre planète souffre et la survie des générations futures est en jeu.

Nous devons infléchir notre modèle de production et de consommation. Au lieu de jeter et de prélever systématiquement de nouvelles ressources, il nous faut récupérer, réemployer, et recycler des ressources déjà utilisées, transformées. C’est l’objectif de la Ville de Paris. Depuis maintenant quelques années, notre collectivité est fortement engagée pour promouvoir l’économie circulaire.

Lire la suite

Voeux des élus du groupe au Conseil de Paris de juillet

Vœux des élus du groupe

Les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants porteront plusieurs vœux à l’occasion du Conseil de Paris de juillet 2017 pour :

  • L’installation de distributeurs de serviettes hygiéniques gratuites dans les lycées
  • La définition d’une Charte de la citoyenneté d’honneur de la Ville de Paris
  • L’installation d’une plaque commémorative en hommage à Amokrane Ould Aoudia

Lire la suite

Paris : le marché de Noël des Champs-Elysées sur la sellette

Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, soumettra au vote du conseil de Paris la semaine prochaine un voeu actant la non-reconduction de la convention d’occupation du domaine public signée en 2015 avec la SARL Loisirs Associés de Marcel Campion. Une convention qui arrive au terme de ses deux premières années. La Ville souhaite « varier les modalités d’animations de l’espace public dans ce secteur« .
La décision de la Ville n’a aucun rapport avec l’instruction en cours contre le « roi des Forains ». Marcel Campion a été mis en examen dans une enquête sur une convention passée avec la Ville, qui s’est portée partie civile, pour l’installation de sa célèbre grande roue à la Concorde.
Dans une lettre ouverte à Anne Hidalgo, Marcel Campion a qualifié cette nouvelle de « très désagréable« . « Aucun manquement » à ses obligations, dont le paiement d’une redevance de 700.000 euros, n’est à relever, dit le « roi des forains ». La non-reconduction de la convention d’occupation, « parfaitement injustifiée« , devra donner lieu à remboursement « sans délai » des investissements effectués (eau, électricité, sécurité, etc.) et à des dommages et intérêts, écrit Marcel Campion qui, sans réponse formelle de la mairie, affirme qu’il commencera à organiser la manifestation.Beaucoup d’élus de droite comme de gauche s’accordent sur le fait que le marché de Noël n’est pas selon eux à la hauteur du cadre prestigieux. Un « marché de Noël, c’est une tradition du nord, ça n’existe pas à Paris« , a indiqué Eric Azière, président du groupe UDI-Modem. Cette manifestation n’est pas « assez exigeante sur le cahier des charges pour un endroit aussi important« . « La qualité n’était pas au rendez-vous« , selon Jean-Bernard Bros, président du groupe PRG.
Par Emmanuelle Hunzinger

Crise migratoire : L’Europe, l’Etat et la Région doivent aussi mieux agir !

 

Communiqué de presse des élus du groupe RGCI au Conseil de Paris

Le 20 juin est officiellement la journée mondiale des réfugiés. L’occasion de rappeler que la pression migratoire sur l’Europe reste sans précédent. A Calais, à Vintimille ou à Paris, les campements de réfugiés se multiplient sous l’œil impuissant de nos collectivités. Pourtant, la Ville de Paris s’est engagée pour apporter un accueil digne aux réfugiés. Nous saluons le travail mené par l’exécutif. Mais aujourd’hui, nous pensons qu’il est nécessaire d’aller plus loin, vers un accueil digne et partagé des migrants.

« La rue et les campements de misère sont des solutions inacceptables pour les migrants comme pour les riverains, nous tirons la sonnette d’alarme face au drame qui se déroule sous nos yeux » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants au Conseil de Paris. « L’Union européenne, l’État et la Région Ile-de-France restent trop passifs face à la catastrophe humanitaire en cours».

Aussi, les élus du groupe RGCI appellent la Région Ile-de-France et l’Etat à s’investir pleinement pour trouver de nouvelles solutions d’hébergement qui ne sont plus suffisantes. « L’accueil des réfugiés est de la responsabilité de tous» complète Jean-Bernard BROS. « Il nous faut trouver de nouveaux sites  pour construire un autre centre humanitaire au niveau de la Région Ile de France ».

La question du droit européen doit également être ouverte, notamment le protocole Dublin II qui laisse de trop nombreux réfugiés en difficulté pour obtenir l’asile. Une plus grande répartition dans l’ensemble des Etats européens est une nécessité, et la France doit respecter ses engagements en la matière.

Un label « bébéfriendly »

A la demande du groupe Radicaux de gauche, Centre et Indépendants, les conseillers de Paris examineront un projet de création d’un « label poussette » à destination des commerces de proximité qui acceptent de favoriser l’accessibilité des familles avec de jeunes enfants. « Ce label permettra de faire la promotion des commerces bébéfriendly », explique Jean-Bernard Bros, le président du groupe RGCI.

Le Parisien, 6 juin 2017

Quelle sécurité pour le Fnac Live Festival ? Notre question d’actualité

Madame la Maire, mes chers collègues,

La sécurité des événements ouverts au public est devenue une question prégnante et centrale, notamment dans le cadre de la responsabilité des collectivités territoriales. Les organisateurs événements ont depuis longtemps pris des mesures pour assurer la sûreté du public. Gestion des flux, prévention des comportements à risque, prise en charge médicale, leurs obligations sont nombreuses et permettent la tenue de manifestations dans les meilleures conditions.

Mais cet encadrement obligatoire ne prenait pas en compte, jusqu’à récemment, le risque terroriste, un risque encore élevé aujourd’hui. Les sanglants attentats qu’ont connus la France et de nombreux pays à travers le monde, ont montré la stratégie des assaillants de cibler ces événements publics. En effet, dans leur objectif sordide de faire un maximum de victimes, les regroupements lors de festivals, ou autres événements publics festifs sont pour eux des opportunités importantes.

Ainsi, nous devons, en tant que responsables publics, redoubler de vigilance pour assurer le bon déroulement des manifestations culturelles. Et c’est pourquoi nous souhaitons avoir de plus amples informations sur les mesures prises dans le cadre du Festival Fnac Live qui aura lieu les 6, 7 et 8 juillet prochains. Le festival qui accueille des groupes et artistes bénéficiant d’une réputation importante a chaque année plus de succès. Sa gratuité, le cadre patrimonial qu’il offre sur le parvis de l’Hôtel de Ville, renforce la fréquentation. Il participe au dynamisme de notre Ville et fait partie des grands événements de la saison culturelle.

Cependant, sa localisation en cœur de ville sur une place publique nécessite des réponses adaptées. La convention présentée à cette séance du Conseil de Paris entre la Ville et l’organisateur, ne contient d’ailleurs aucune information sur les mesures de sécurité. Cette absence nous interpelle, même si nous supputons que ces mesures doivent être prises par ailleurs.

Quels obstacles physiques et quels filtrages seront mis en place autour de la place ? Quels seront les effectifs dédiés à la sécurité ? Qui est le responsable de la sécurité de l’événement ? Quelles sont les forces dépêchées sur place par la Préfecture de Police ?

L’alerte attentat qui s’est déroulé récemment en Allemagne dans l’un des plus grands festivals d’Europe et qui a entraîné une évacuation de dizaines de milliers de spectateurs, doit aussi nous obliger à une réponse adéquate. Un tel scénario est-il prévu lors de la tenue du Fnac Live et quelles sont les mesures d’évacuation?Bref, nous voulons connaître les conditions dans lesquelles va se dérouler le festival. Nous attendons que l’exécutif et la Préfecture de Police nous donnent des gages suffisants pour que ce formidable festival, attirant jeunes et moins jeunes, se déroule au mieux.

 

Petite ceinture : implantation des activités économiques

Madame la Maire, mes chers collègues,

Je profite de cette délibération pour rappeler combien notre groupe est attaché au projet de  reconquête de la petite ceinture. Ce lieu est unique à Paris. Il offre un paysage pittoresque inédit issu de son histoire ferroviaire, mais aussi de son abandon, favorisant au fil des années le développement d’une faune et d’une flore remarquable.

Trace du passé, la petite ceinture est surtout un atout majeur pour le Paris de demain. Avec 21.000 habitants au kilomètre carré, Paris est la 6e ville la plus dense au monde. Les enjeux environnementaux auxquels notre Métropole est confrontée sont donc forts. Et exige une politique de développement des espaces verts, de détente et de loisirs.

Aucun jardin public de quartier ne peut se vanter d’avoir une telle histoire, et une telle biodiversité. Il est essentiel que les futurs aménagements préservent la dimension de friche urbaine et la végétation qui font tout le charme de la petite ceinture. Pour autant, il ne s’agit pas de tomber dans l’excès et d’avoir une vision trop nostalgique ou trop figée de la cet espace. Elle doit offrir une pluralité d’activités et devenir le terrain d’innovations citoyennes, économiques et environnementales.

Ne nous trompons pas. Si la petite ceinture offre un espace de respiration, elle ne doit pas non plus être en dehors de la Ville, mais s’y intégré pleinement, pour être accessible au plus grand nombre. A l’occasion du débat sur la protocole-cadre en avril 2015, notre groupe avait d’ailleurs fait adopter un vœu qui insistait sur la mise en place d’une programmation équilibrée, originale et innovante.

Une activité économique doit y avoir toute sa place. Elle permettra d’animer le futur espace ouvert au public. Il ne s’agit pas, bien sûr, d’ouvrir les lieux d’implantation commerciale aux grandes enseignes internationales. Nous pensons que les commerces de proximité ont toute leur place pour occuper les surfaces et bâtiment libre en complément d’espaces de loisirs.

(suite…)

Accord de Paris : les villes contre Trump

Madame la Maire, mes chers collègues,

L’accord de Paris a suscité beaucoup d’espoir. L’espoir que tous les Etats agissent de concert pour lutter contre le dérèglement climatique. Ce fut le résultat d’un marathon diplomatique qu’ont constitué la COP 21 et l’implication de l’ensemble des acteurs institutionnels, mais aussi de ceux de la société civile.

Alors, oui cet accord n’est pas parfait. On peut lui reprocher un manque de mesures contraignantes et des objectifs qui aurait pu être plus ambitieux. Cependant, il était le témoin d’un tour de force. Celui d’avoir réussi à être accepté par les Etats les plus pollueurs de la planète. Il a permis aussi, la reconnaissance partagée d’un péril qui nous concerne tous. Car oui, l’enjeu n’est pas tant de sauver notre planète en tant que telle, mais bien les êtres vivant qui l’habitent.

La transformation climatique signifie la montée des eaux avec pour conséquence la disparition d’Etats insulaires et le déplacement contraint de millions d’habitants à travers le monde. La transformation climatique, c’est aussi le bouleversement des cultures qui nourrissent l’homme, la pollution atmosphérique accentuée et des dangers graves pour la santé de milliards d’humains.

Trump, en renonçant à affronter l’enjeu climatique, a mis les Etats-Unis au ban des nations qui compte dans le monde. Et surtout, il prend le risque de nous condamner à subir le dérèglement de notre environnement. Mais un espoir demeure. Comme l’ont montré les messages venus du monde entier qui ont suivi cette annonce : la bataille doit et peut continuer. Les autres Etats, et en premier lieu ceux de l’Union européenne, sont prêts et doivent prendre le leadership dans la lutte contre le dérèglement climatique.

(suite…)

Lutte contre le harcèlement de rue

Madame la Maire, mes chers collègues,
Les violences sexistes auxquelles les femmes doivent faire face dans l’espace public sont massives. Ce problème constitue un enjeu de société auquel les collectivités doivent répondre efficacement. Les agressions verbales que subissent toutes les femmes, ne sont en aucun cas assimilables à de l’humour, à des compliments, et encore moins à de la séduction. Les femmes en tant que citoyennes à part entière doivent bénéficier de la liberté de circulation et ne pas se restreindre à sortir uniquement dans certains endroits ou à certaines heures.

Alors bien sûr, les médias ont largement abordé le sujet en ce qui concerne les quartiers de Pajol et La Chapelle, souvent sans analyse et dans une confusion dommageable des problématiques de terrain. Mais le harcèlement de rue est un problème global, un sujet, sur lequel, la Ville n’a d’ailleurs pas attendu pour agir. Nous pensons cependant que son action doit être plus ambitieuse. « Zone zéro macho » pourrait être un objectif à se réapproprier.

Nous disposons de nombreux leviers d’action : en prévention bien sûr, mais aussi en répression. La sécurité fait partie de la cohésion sociale et à ce titre, il ne faut pas avoir peur d’user de ces deux modes d’actions. Ainsi, la campagne de communication contre le harcèlement, que nous avons salué, aurait pu être plus massive, plus lisible, notamment en étant déployée directement sur l’espace public mais aussi dans les transports. Cette campagne doit pouvoir revenir de manière régulière sur l’espace public, pour interpeller, encore et toujours.

Un autre levier retient toute notre attention : celui des marches exploratoires. Nous voyons depuis plusieurs années se multiplier ces marches, avec des associations de terrain fortement engagées avec les habitantes. Nous saluons cette action qui permet la prise en compte de la question du genre dans l’espace public. Mais, leurs conséquences sur les aménagements urbains ne sont pas assez lisibles. Un retour qui pourrait, pourtant, conforter les associations et les citoyennes qui mènent ces marches, s’impliquent dans l’action locale et dans la construction des politiques publiques. Ainsi, nous demandons qu’un bilan des aménagements urbains mis en place à la suite des marches soit présenté.

Enfin, la Ville doit utiliser les leviers de l’innovation pour développer de nouveaux moyens d’alerte et d’aide aux victimes de harcèlement de rue. Pour toutes ces raisons, je vous invite, mes chers collègues, à voter notre vœu.