Communiqués

La Ville de Paris s’engage à promouvoir le street-art féminin

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

 

La Ville de Paris s’engage à promouvoir le street-art féminin

 Lors de la séance du Conseil de Paris de mars, les élus du groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » ont interpelé l’exécutif par l’intermédiaire d’un vœu, sur la nécessité de mieux promouvoir le street-art féminin. Ce vœu a été adopté par notre assemblée.

Les précurseurs du street-art, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, sont majoritairement des hommes. Et aujourd’hui encore, la sous-représentation des femmes dans les art-urbains est une réalité qui s’explique notamment par la nature même de ces arts qui s’expriment dans l’espace public.

« Dans le domaine du street art, qui représente en un sens une contre-culture ouverte aux alternatives, les femmes sont peu visibles : elles ne font pas nombre, elles ne font pas autorité » explique Laurence Goldgrab  présidente du groupe RGCI. Par exemple, les pionnières telles que Lady Pink ou Miss.Tic restent encore trop souvent méconnues.

Alors que la ville est engagée dans la promotion du street-art et dans la lutte contre toutes les formes de discrimination et pour l’égalité femme-homme, les élus du groupe RGCI souhaitent que la Ville s’engage à promouvoir le street-art féminin.

« Le street-art est un enjeu pour le féminisme comme lieu d’expression et de diffusion d’une revendication égalitaire et d’une meilleure appropriation de l’espace public par les femmes » complète Laurence Goldgrab .

Ouverture dominicale des bibliothèques : Les élus du groupe RGCI souhaitent un accès à la culture 7j/7

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants

 Ouverture dominicale des bibliothèques :

Les élus du groupe RGCI souhaitent un accès à la culture 7j/7

 

 

Lors du Conseil de Paris de mars, les élus du groupe « Radical de gauche, Centre et Indépendants » ont souhaité que la Ville prenne des engagements forts pour l’ouverture des bibliothèques le dimanche.

« Les modes de vie urbaine évoluent, si cela se constate dans le domaine du commerce, la culture n’est pas sans reste. Une ville moderne et dynamique se doit d’adapter ses services publics aux nouveaux usages des habitants » explique Laurence Goldgrab , présidente du groupe RGCI. « Nous sommes favorable à un accès à la culture 7jours/7 au plus près des lieux d’habitation de chacun ».

Par un vœu déposé au Conseil de Paris, les élus RGCI demandaient  l’ouverture des bibliothèques de prêt le dimanche dans chaque arrondissement mais aussi de trois bibliothèques universitaires pour réduire les inégalités entre étudiants et donner à chacun l’opportunité d’avoir accès à un lieu de       travail  adapté.

Dans le rapport « Voyage au pays des bibliothèques » remis à Emmanuel Macron, les auteurs expliquent que les bibliothèques sont des outils de lutte contre toutes les fractures, sociale, culturelle et sociétale. « Nous partageons ce point de vue. Nous souhaitons que la Ville de Paris garantisse à tous les Parisiens l’ouverture le dimanche d’une bibliothèque de prêt par grand arrondissement d’ici la fin de la mandature » complète Laurence Goldgrab.

Éducation à la sexualité : une charte parisienne pour mettre fin au flou !


 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

  Éducation à la sexualité
une charte parisienne pour mettre fin au flou !

Au Conseil de Paris de février, les élus du groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » demandent des engagements sur l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires parisiens.

Le récent rapport du Défenseur des droits a montré que dans de nombreux établissements en France, l’obligation légale de dispenser au moins trois séances d’éducation à la sexualité du CP à la Terminale n’est pas respectée.

L’éducation à la sexualité est un sujet sensible tout autant que le public auquel elle est destiné. Les élus du groupe RGCI considèrent que les enjeux sont importants pour plusieurs raisons : pour une question de santé publique et la prévention de grossesses précoces non désirées, des IST ou du VIH/Sida ; pour la construction des relations entre les filles et les garçons et la promotion d’une culture de l’égalité  ou encore pour prévenir les violences sexuelles et lutter contre les préjugés sexistes ou homophobes.

« Les élus RGCI demandent qu’un bilan des pratiques à Paris soit dressé. Et que sur cette base, nous puissions travailler à la co-construction d’une Charte avec l’ensemble des acteurs, pour poser les bases de bonnes pratiques. La signature de la Charte par les associations intervenantes pourrait servir d’agrément certifiant la qualité des interventions » explique Laurence Goldgrab présidente du groupe RGCI.

 

 

Crise migratoire : L’Europe, l’Etat et la Région doivent aussi mieux agir !

 

Communiqué de presse des élus du groupe RGCI au Conseil de Paris

Le 20 juin est officiellement la journée mondiale des réfugiés. L’occasion de rappeler que la pression migratoire sur l’Europe reste sans précédent. A Calais, à Vintimille ou à Paris, les campements de réfugiés se multiplient sous l’œil impuissant de nos collectivités. Pourtant, la Ville de Paris s’est engagée pour apporter un accueil digne aux réfugiés. Nous saluons le travail mené par l’exécutif. Mais aujourd’hui, nous pensons qu’il est nécessaire d’aller plus loin, vers un accueil digne et partagé des migrants.

« La rue et les campements de misère sont des solutions inacceptables pour les migrants comme pour les riverains, nous tirons la sonnette d’alarme face au drame qui se déroule sous nos yeux » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants au Conseil de Paris. « L’Union européenne, l’État et la Région Ile-de-France restent trop passifs face à la catastrophe humanitaire en cours».

Aussi, les élus du groupe RGCI appellent la Région Ile-de-France et l’Etat à s’investir pleinement pour trouver de nouvelles solutions d’hébergement qui ne sont plus suffisantes. « L’accueil des réfugiés est de la responsabilité de tous» complète Jean-Bernard BROS. « Il nous faut trouver de nouveaux sites  pour construire un autre centre humanitaire au niveau de la Région Ile de France ».

La question du droit européen doit également être ouverte, notamment le protocole Dublin II qui laisse de trop nombreux réfugiés en difficulté pour obtenir l’asile. Une plus grande répartition dans l’ensemble des Etats européens est une nécessité, et la France doit respecter ses engagements en la matière.

Accord de Paris sur le climat : les élus radicaux franciliens dénoncent la décision de Donald Trump

Jeudi 1er juin 2017, Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis cesseront toute mise en œuvre de l’Accord de Paris et mettront fin aux engagements financiers pris par son prédécesseur.
 
Pour le Président (PRG) du Groupe Radical, Citoyen, Démocrate, Ecologiste et Centriste (RCDEC), au Conseil régional d’Ile-de-France, Eddie Aït : « Si Donald Trump a renoncé à l’avenir, ce n’est pas le cas de tous. Les initiatives locales essaiment depuis plusieurs années afin de faire avancer la question climatique en dehors des Etats. C’est notamment ce que fait Jerry Brown en Californie avec son initiative Under2. C’est aussi ce que nous faisons au sein du Conseil régional d’Ile-de-France où par une opposition ferme mais constructive, nous travaillons pour faire de notre région un territoire intelligent et durable. L’impulsion des Etats est importante, mais la réussite de la transition écologique passera inévitablement par la mobilisation de toutes et tous. »
 
Pour Jean-Bernard Bros, Président (PRG) du Groupe des Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants (RG-CI) au Conseil de Paris : « La décision du Président des Etats-Unis va totalement à contre-courant de l’histoire. En voulant à tout prix détruire l’héritage de Barack Obama, c’est le destin de notre planète qu’il met en péril. Ce renoncement doit être l’occasion pour l’Union européenne de réaffirmer son rôle de leader et de redoubler d’efforts pour rester sous les 2°C de réchauffement climatique. Les collectivités seront d’ailleurs au centre de cette action, comme l’ont montré les réactions des villes du monde entier depuis hier.»
 
Les élus radicaux franciliens appellent à rester mobilisés dans la lutte contre le dérèglement climatique et à poursuivre la mise en œuvre de l’Accord de Paris partout dans le monde.

Les élus RGCI demandent plus d’investissements pour les familles

 

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

Budget de la Ville de Paris : les élus RGCI demandent plus d’investissements pour les familles

La Ville est parfois rude pour les petits citoyens. C’est pourquoi dans l’objectif de construire une ville qui leur soit plus  accessible, les élus du groupe des  Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants  proposent deux amendements budgétaires au Conseil de Paris de juin 2017.

  • 40.000 euros pour la création d’un label poussette
  • 50.000 euros pour l’équipement des bâtiments publics parisiens en matériel petit-enfance (tables à langer, …)

« Nous souhaitons que soit créé un « label poussette » à destination des enseignes de proximité pour la promotion des commerces favorisant l’accessibilité des familles avec de jeunes enfants. Parallèlement, pour que Paris reste une ville accueillante pour tous, nous devons veiller à ce que les locaux publics parisiens soient mieux équipés en zone de change pour les tout-petits » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

En effet, la municipalité doit œuvrer pour que les déplacements en famille restent des moments privilégiés de partage pour les parents comme pour les enfants. C’est pourquoi, nous devons constamment adapter la ville à ses usages : c’est l’engagement des élus du groupe à travers ces amendements budgétaires.

Les élus RGCI demandent l’installation de boites à graines dans les jardins partagés


 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

Au Conseil de Paris de mai, les élus du groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » déposeront un vœu en faveur du partage de graines entre les Parisiens.

Depuis 2014, les élus du groupe RGCI soutiennent le déploiement d’une économie du partage, qui permet de nouveaux échanges entre habitants. La solidarité, les échanges de proximité, la biodiversité urbaine sont autant d’objectifs de la politique municipale que nous soutenons.

« L’installation de Ruches à graines dans les jardins partagés doit permettre l’échange de semences en tout genre : carottes, tomates, laitues ou fleurs… Les Parisiens pourront ainsi y déposer et y prendre toutes sortes de graines parmi une collection collective. Le principe : créer un nouvel espace de partage pour petits et grands autour de la biodiversité » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.