Communiqués

Conseil de Paris exceptionnel JOP Paris2024

Intervention de Jean-Bernard BROS, Président du groupe

Madame la Maire,
Madame la Présidente du Conseil régional,
Mes chers collègues élus métropolitains et parisiens,
Mesdames et messieurs les membres du GIP,
Cher Tony Estanguet,

Paris aux couleurs olympiques. Quel bonheur unique !
Mais n’oublions pas que cet honneur revêt aussi une grande responsabilité.

Comme l’anneau bleu du drapeau, ces Jeux Olympiques devront ouvrir les horizons.

Les Jeux à Paris, c’est cette occasion unique de proposer aux Parisiens un événement qui dépasse très largement le sport.  Parce qu’ils font rêver, parce qu’ils font vibrer… et par ce qu’ils laisseront un héritage conséquent à notre Métropole et à la région Ile-de-France.

Retisser les liens entre nos différents territoires, c’est l’horizon de ces Jeux. Renforcer le sentiment commun d’appartenance de nos concitoyens à la même ville-monde, c’est l’enjeu de ces Jeux. Faire émerger la « génération 2024 », c’est l’héritage que les Jeux devront laisser.

Comme l’anneau noir du drapeau, ces Jeux Olympiques devront être marqués par leur sobriété.

L’un des principaux défis des sept prochaines années sera de tenir le budget annoncé alors que l’explosion des coûts des JO passés est le principal argument des opposants aux Jeux Olympiques. L’investissement doit rester raisonnable si l’on tient compte – au-delà même des emplois induits et du coup de fouet pour le tourisme, des retombées structurelles pour la région parisienne. Je pense par exemple à l’accélération des infrastructures de transport déjà engagées dans le cadre du Grand Paris et attendue par de nombreux citoyens. Je pense aussi au développement de quartiers nouveaux dans le nord et l’est de la capitale.

Les conditions sont claires pour les Parisiens : nous devons leurs garantir une éthique politique et financière, une gestion pleine de sobriété. La force de Paris 2024 repose sur cette condition.

Comme l’anneau jaune du drapeau, ces Jeux Olympiques seront ceux de la fête et de la joie. Fête du sport, ils seront sans nul doute un moment de communion et de partage.

Ils portent, au-delà du jeu, les valeurs d’amitié, de respect et de paix dans toutes les composantes de la société. Paris 2024 offre également une opportunité exceptionnelle : celle de mettre le sport au cœur de notre projet de société. La mobilisation quotidienne de l’ensemble du Mouvement sportif Français, de l’Etat et de l’ensemble des collectivités a largement contribué à la décision positive de nous attribuer les JO.

Comme l’anneau vert du drapeau, ces Jeux Olympiques sont ceux de l’espoir. Celui de marquer un renouveau dans l’organisation des Olympiades.

Près de 10.000 athlètes, plus de 4 milliards de téléspectateurs, des millions de supporters. Des chiffres qui peuvent nous faire tourner la tête. Alors que les valeurs olympiques apparaissent parfois loin des réalités, nous souhaitons que ces Jeux, construits dans le souci de l’avenir, laissent un héritage matériel et immatériel qui modèle nos sociétés et notre futur. Ils seront les premiers Jeux à respecter l’Agenda 2020 adopté par le CIO pour favoriser les villes responsables sur le plan environnemental. Paris 2024 doit marquer ce renouveau des Olympiades.

Enfin, comme l’anneau rouge du drapeau, ces Jeux Olympiques seront passionnels.Ils offriront, je n’en doute pas, une expérience unique aux athlètes et aux spectateurs grâce à un cadre exceptionnel. 100 ans après les JO de 1924, nous mettront à l’honneur mondialement les plus beaux monuments français comme le Grand Palais ou les Invalides.

Avec Paris2024 – je l’imagine déjà,  nous déclinerons les valeurs de l’Olympisme partout et pour tous. Les Jeux à Paris seront construits et partagés avec les Parisiens. C’est une démarche positive et généreuse porteuse d’un véritable dynamisme pour Paris.

Je souhaite avant de conclure saluer toutes les équipes qui ont travaillé sur ce dossier. Et, avoir une pensée pour celles qui ont accompagnées les précédentes candidatures autour de Bertrand Delanoë.

Paris désirait ré-ouvrir ses portes au monde et accueillir les athlètes de tous les continents pour les Jeux Olympiques.

Ce rêve sera réalité en 2024 ! Unis dans ce même rêve olympique, nous souhaitons que ces JO apportent à tous joie, espoir et fierté.

Je vous remercie.

Crise migratoire : L’Europe, l’Etat et la Région doivent aussi mieux agir !

 

Communiqué de presse des élus du groupe RGCI au Conseil de Paris

Le 20 juin est officiellement la journée mondiale des réfugiés. L’occasion de rappeler que la pression migratoire sur l’Europe reste sans précédent. A Calais, à Vintimille ou à Paris, les campements de réfugiés se multiplient sous l’œil impuissant de nos collectivités. Pourtant, la Ville de Paris s’est engagée pour apporter un accueil digne aux réfugiés. Nous saluons le travail mené par l’exécutif. Mais aujourd’hui, nous pensons qu’il est nécessaire d’aller plus loin, vers un accueil digne et partagé des migrants.

« La rue et les campements de misère sont des solutions inacceptables pour les migrants comme pour les riverains, nous tirons la sonnette d’alarme face au drame qui se déroule sous nos yeux » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants au Conseil de Paris. « L’Union européenne, l’État et la Région Ile-de-France restent trop passifs face à la catastrophe humanitaire en cours».

Aussi, les élus du groupe RGCI appellent la Région Ile-de-France et l’Etat à s’investir pleinement pour trouver de nouvelles solutions d’hébergement qui ne sont plus suffisantes. « L’accueil des réfugiés est de la responsabilité de tous» complète Jean-Bernard BROS. « Il nous faut trouver de nouveaux sites  pour construire un autre centre humanitaire au niveau de la Région Ile de France ».

La question du droit européen doit également être ouverte, notamment le protocole Dublin II qui laisse de trop nombreux réfugiés en difficulté pour obtenir l’asile. Une plus grande répartition dans l’ensemble des Etats européens est une nécessité, et la France doit respecter ses engagements en la matière.

Accord de Paris sur le climat : les élus radicaux franciliens dénoncent la décision de Donald Trump

Jeudi 1er juin 2017, Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis cesseront toute mise en œuvre de l’Accord de Paris et mettront fin aux engagements financiers pris par son prédécesseur.
 
Pour le Président (PRG) du Groupe Radical, Citoyen, Démocrate, Ecologiste et Centriste (RCDEC), au Conseil régional d’Ile-de-France, Eddie Aït : « Si Donald Trump a renoncé à l’avenir, ce n’est pas le cas de tous. Les initiatives locales essaiment depuis plusieurs années afin de faire avancer la question climatique en dehors des Etats. C’est notamment ce que fait Jerry Brown en Californie avec son initiative Under2. C’est aussi ce que nous faisons au sein du Conseil régional d’Ile-de-France où par une opposition ferme mais constructive, nous travaillons pour faire de notre région un territoire intelligent et durable. L’impulsion des Etats est importante, mais la réussite de la transition écologique passera inévitablement par la mobilisation de toutes et tous. »
 
Pour Jean-Bernard Bros, Président (PRG) du Groupe des Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants (RG-CI) au Conseil de Paris : « La décision du Président des Etats-Unis va totalement à contre-courant de l’histoire. En voulant à tout prix détruire l’héritage de Barack Obama, c’est le destin de notre planète qu’il met en péril. Ce renoncement doit être l’occasion pour l’Union européenne de réaffirmer son rôle de leader et de redoubler d’efforts pour rester sous les 2°C de réchauffement climatique. Les collectivités seront d’ailleurs au centre de cette action, comme l’ont montré les réactions des villes du monde entier depuis hier.»
 
Les élus radicaux franciliens appellent à rester mobilisés dans la lutte contre le dérèglement climatique et à poursuivre la mise en œuvre de l’Accord de Paris partout dans le monde.

Les élus RGCI demandent plus d’investissements pour les familles

 

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

Budget de la Ville de Paris : les élus RGCI demandent plus d’investissements pour les familles

La Ville est parfois rude pour les petits citoyens. C’est pourquoi dans l’objectif de construire une ville qui leur soit plus  accessible, les élus du groupe des  Radicaux de Gauche, Centre et Indépendants  proposent deux amendements budgétaires au Conseil de Paris de juin 2017.

  • 40.000 euros pour la création d’un label poussette
  • 50.000 euros pour l’équipement des bâtiments publics parisiens en matériel petit-enfance (tables à langer, …)

« Nous souhaitons que soit créé un « label poussette » à destination des enseignes de proximité pour la promotion des commerces favorisant l’accessibilité des familles avec de jeunes enfants. Parallèlement, pour que Paris reste une ville accueillante pour tous, nous devons veiller à ce que les locaux publics parisiens soient mieux équipés en zone de change pour les tout-petits » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

En effet, la municipalité doit œuvrer pour que les déplacements en famille restent des moments privilégiés de partage pour les parents comme pour les enfants. C’est pourquoi, nous devons constamment adapter la ville à ses usages : c’est l’engagement des élus du groupe à travers ces amendements budgétaires.

Les élus RGCI demandent l’installation de boites à graines dans les jardins partagés


 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

Au Conseil de Paris de mai, les élus du groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants » déposeront un vœu en faveur du partage de graines entre les Parisiens.

Depuis 2014, les élus du groupe RGCI soutiennent le déploiement d’une économie du partage, qui permet de nouveaux échanges entre habitants. La solidarité, les échanges de proximité, la biodiversité urbaine sont autant d’objectifs de la politique municipale que nous soutenons.

« L’installation de Ruches à graines dans les jardins partagés doit permettre l’échange de semences en tout genre : carottes, tomates, laitues ou fleurs… Les Parisiens pourront ainsi y déposer et y prendre toutes sortes de graines parmi une collection collective. Le principe : créer un nouvel espace de partage pour petits et grands autour de la biodiversité » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

 

Affichage publicitaire à Paris : Monsieur Decaux, faites de la place aux TPE-PME !

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

 Alors que les conseillers de Paris doivent débattre de l’attribution du marché du « mobilier urbain d’informations » à l’entreprise SOMUPI, filiale de JC Decaux et seule candidate, les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants (RGCI) souhaitent que le contrat de concession prévoit une clause tarifaire permettant de réserver un affichage, à tarif préférentiel, pour les TPE-PME.

Depuis 2014, les élus du groupe RGCI rappellent constamment la nécessité de  développer tous les outils nécessaires au soutien des entrepreneurs, et notamment des TPE/PME. Dans cette optique, les élus du groupe avaient déjà présenté un vœu pour un « Small Business Act », adopté à l’unanimité du Conseil, qui prévoyait un meilleur accès aux marchés de la Ville.

 « Le tissu économique des TPE et PME est essentiel au dynamisme de la capitale. Quand nous pensons à l’importance et au coût de la communication pour une entreprise, poids financier parfois lourd à supporter pour les TPE-PME, nous voyons l’utilisation du service d’affichage dans un tarif préférentiel comme une solution pertinente pour nos plus petites entreprises » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

Non à l’augmentation des tarifs des transports en commun !

 

Communiqué de Presse

Alors que les élus au Conseil d’administration du STIF doivent aujourd’hui se prononcer sur l’augmentation des tarifs de la carte « Imagine R », les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants (RGCI) souhaitent que les représentants la Ville de Paris s’opposent à toute augmentation des tarifs du Pass Imaginaire et plus globalement du Pass Navigo.

Alors que notre Ville est fortement engagée dans un mouvement de promotion des circulations douces et des transports collectifs face à l’enjeu de la transition écologique, les élus du groupe RGCI refusent que la hausse des tarifs des transports en commun s’appliquent à financer le « plan anti-bouchon » de la majorité régionale portée par Valérie Pécresse. D’autres solutions de financement existent. Nous souhaitons qu’elles soient pleinement explorées.

 « Le Pass Imaginaire est destiné aux étudiants et apprentis de la Région Ile-de-France. Alors que Paris est l’une des villes les plus chères du monde, il est difficilement concevable de faire peser le financement du plan anti-bouchon par nos plus jeunes concitoyens, qui eux ne possèdent pas de voitures » explique Jean-Bernard Bros, président du groupe RGCI au Conseil de Paris.

 

 

[Communiqué de Presse] Avenir du Boulevard périphérique : le groupe RGCI demande une mission d’information et d’évaluation (MIE)

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

La gestion des flux importants de véhicules sur le boulevard périphérique, les nuisances sonores et olfactives ainsi que la lutte contre la pollution constituent des enjeux majeurs et complexes pour l’avenir de notre capitale.  Depuis 2014, les élus du groupe RGCI proposent des solutions pour faire évoluer cette cicatrice urbaine.  Ainsi, notre groupe avait déjà proposé par le passé qu’une Exposition Universelle se tienne sur le périphérique. De même, un vœu avait été déposé pour expérimenter une voie réservée aux bus, taxis, co-voitureurs et véhicules hydrides.

 « Nous devons impérativement saisir tout le Conseil de Paris de cette question. Avec pour ambition de réduire la pollution et d’abaisser la frontière entre Paris et sa périphérie, orientons l’action de la municipalité vers une régulation intelligente, juste et incitant aux bonnes pratiques » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

Pour cela, les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants demandent la création d’une mission d’information et d’évaluation (MIE) sur l’avenir du Boulevard périphérique. Les MIE, composées de quinze conseillers de Paris désignés à la représentation proportionnelle des groupes politiques, sont chargées d’évaluer l’action publique et de préconiser des axes d’action.

[Communiqué de presse] Plan Piéton : Paris est-elle pensée pour les femmes ?



Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

L’usage de la ville n’est pas neutre : femmes et hommes s’y déplacent et s’approprient ses équipements de manière différente. De nombreuses études sont menées sur le sujet, et montrent que toutes les femmes mettent en place des stratégies d’évitement volontaires de lieux ou de moments de la journée. Des collectivités cherchent des solutions pour ne pas exclure les femmes de la rue.

Et pourtant, la Stratégie Piéton qui sera présentée au Conseil de Paris qui commence lundi, ne prend pas en compte pas cette question . Les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants s’étonnent de cet oubli.

« Quand on fait la ville, on la fait pour tout le monde. Nous savons aujourd’hui que nos décisions d’aménagement de l’espace public risquent d’en écarter les femmes si l’on ne prête pas attention à cette question. La stratégie Piéton de la Ville de Paris ne doit pas tomber dans cet écueil » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.

A l’heure actuelle, de nombreuses collectivités locales se mobilisent pour penser la ville autrement. La Ville de Paris a, à ce titre, édité un référentiel à destination des aménageurs « Genre et Espace public ». Alors pourquoi ne pas nous appliquer à nous-même ces principes ?

« La stratégie Piéton doit détailler des mesures concrètes pour faciliter l’appropriation de l’espace public, notamment piéton, par les femmes. Elle doit également intégrer des indicateurs de suivi et d’évaluation pour objectiver notre action publique en faveur de l’égalité d’accès à la ville pour les femmes. C’est l’objectif du vœu que nous souhaitons voir adopter par le Conseil de Paris » complète Jean-Bernard BROS.

Paris perd des habitants : La faute à Airbnb mais pas que !

 

Communiqué de Presse
Groupe « Radical de Gauche, Centre et Indépendants »

Entre 2009 et 2014, Paris a perdu 13.660 habitants, selon les dernières données de l’Insee. Un phénomène en partie lié à l’essor des locations saisonnières type Airbnb mais pas que !

Les élus du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants souhaitent également pointer un second problème : celui de l’accession à la propriété dans la capitale. En effet, les Parisiens franchissent le périphérique bien souvent lorsqu’ils décident d’accéder à la propriété. Entre 2009 et 2014, la petite couronne a ainsi gagné 137.572 habitants.

Aussi, le chiffre de la perte d’habitants à Paris doit être regardé à côté de celui des prix de l’immobilier : selon Century 21, à Paris, ville la plus chère de France, les prix de l’immobilier ancien ont augmenté de 4,9% en 2016.

« Nous faisons toujours le constat qu’il reste difficile voire impossible pour les jeunes ménages, notamment lorsqu’ils deviennent parents de débourser 8.500 €/m² en moyenne pour l’achat d’un appartement intra-muros » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe RGCI.
« 14 arrondissements sur 20 sont concernés par la perte d’habitants et notamment dans nos arrondissements centraux.  La Ville de Paris doit réagir et mieux accompagner les jeunes ménages vers l’accession à la propriété dans notre capitale ».