Conseil de Paris septembre 2015

Réforme institutionnelle de Paris : notre intervention

Madame la Maire, mes chers collègues,

La question d’une réforme de l’organisation administrative de Paris n’est pas nouvelle. La particularité de la situation institutionnelle de notre ville est, il faut le dire, à bien des égards, archaïques.

Il est sain que le débat soit aujourd’hui soulevé dans notre Assemblée et que des perspectives soient tracées vers une modernisation nécessaire. La concertation est bien sûr nécessaire et le vœu présenté engage l’exécutif à le faire

En effet, si la fusion département-ville est une réalité dans les faits qui nécessite une adaptation juridique, la question du redécoupage des arrondissements et d’une meilleure répartition des compétences avec l’Etat soulèvent des éléments complexes de représentation démocratique des citoyens et d’organisation des services.

La discussion est donc nécessaire.

Notre groupe votera ainsi en faveur du vœu de l’exécutif.

Plan d’accueil des réfugiés : intervention de Buon-Huong TAN

Madame la Maire, mes chers collègues,

Des femmes, des hommes ont quitté leur pays, car ils n’avaient plus les moyens d’y survivre. Chacun connaît des situations de violence extrême dans les pays d’origine de ces nombreux réfugiés, dont certains arrivent à nos portes. Ainsi, 4 millions de réfugiés syriens ont été recensés par le H.C.R. dont la plupart se trouve dans les pays limitrophes.

Ces drames, qui se déroulent aux portes de l’Europe, refont surgir en moi de bien mauvais souvenirs, mais aussi cet espoir, ce sentiment indescriptible que j’ai vécu un jour de septembre, le jour où je suis arrivé en France. Cet espoir, nous pouvons et nous avons le devoir de l’offrir à ces familles entières qui arrivent en Europe. Une partie de ces réfugiés, mais d’autres encore, sont venus et continueront à venir jusqu’en Europe.

C’est à ce niveau qu’existe la solution aujourd’hui et pour l’avenir. Aucun pays ne peut faire face seul à l’afflux de ces nouveaux migrants, même si chacun doit y prendre sa part. La France doit aussi relever ce défi, éviter ldes peurs agitées par certains et se donner les moyens de répondre dignement à l’accueil des migrants.
Paris, ville refuge hier et aujourd’hui, a su prendre en charge des réfugiés. La réponse, au vu des moyens et des compétences de la Ville, n’était pas évidente.

Lire la suite

Attentats de janvier : hommage aux victimes

Madame la Maire, mes chers collègues,

Le mois de janvier 2015 est une date qui marquera à jamais l’Histoire de notre ville, de notre pays, et bien au-delà. Nous avons tous encore en mémoire, l’horreur et la violence de la mort de 12 personnes auxquelles Paris doit rendre hommage.

Ces citoyens de la République ont été emportés par la haine et la bêtise d’esprits fous. Et à travers eux, c’est nos valeurs républicaines de liberté et de tolérance qui étaient visées.

Nous garderons aussi en mémoire avec beaucoup d’émotion, la mobilisation sans précédent des parisiens. Quoiqu’en disent certains, c’est un témoignage citoyen qui s’est exprimé dans nos rues et il s’est étendu au monde.

Face à ces évènements tragiques, notre première responsabilité est de ne jamais permettre que le souvenir s’efface, ne jamais permettre que ces 12 victimes soient oubliées. Nous devons transmettre et protéger leur mémoire.

Et je souhaitais par ces quelques mots saluer les actions menées depuis, le travail de tous pour que la Ville rendre un hommage digne, ce qui, je le crois, sera le cas.

Plan de vidéoprotection : notre intervention

Madame la Maire, mes chers collègues,

En 2009, la Ville de Paris a permis l’amélioration de la sécurité des parisiens en mettant en place un plan de vidéoprotection à l’échelle de notre territoire.

Ce plan concerté de 1.144 caméras était le résultat d’un déploiement équilibré. Sans démagogie, il s’agissait de mettre des caméras là où elles pouvaient être efficaces. En effet, la vidéosurveillance est un outil indispensable, en ce qui concerne la prévention d’acte de délinquance, mais aussi en termes de poursuites des personnes incriminées.

Cependant, elle ne peut-être qu’un complément à l’action humaine des services de police. C’est leur action sur le terrain qui permet d’assurer la sécurité des parisiens et visiteurs. Et ces services ont besoin du support vidéo pour mieux agir.

Les élus radicaux de gauche s’étaient donc prononcés en faveur du PVPP. Et notre groupe votera également pour la nouvelle délibération qui nous est soumise.

Lire la suite

Communication jeunesse au Conseil de Paris

Madame la Maire, mes chers collègues,

La Ville de Paris est engagée pour la jeunesse. Et comme en témoigne la communication, cet engagement est basé sur une politique transversale dans de nombreux domaines. La jeunesse parisienne, celle qui vit dans notre ville, mais aussi celle qui y travaille et qui y étudie, est diverse et nombreuse.

Chaque jour, environ 600.000 jeunes sont présents sur le territoire parisien. Nous savons qu’ils rencontrent des difficultés, de manière plus prégnante, que le reste de la population. Je pense là plus particulièrement aux questions de logement qui grève l’émancipation individuelle de beaucoup de jeunes.

La ville a clairement pris en compte les obstacles rencontrés par la jeunesse, et développe un objectif que nous partageons, celle d’une politique en faveur de l’autonomisation.

Un mot tout d’abord sur le programme parisien pour l’autonomie des jeunes. Le choix fait d’étendre l’action de la ville en matière de jeunesse aux 16-30 ans est extrêmement pertinent. La transition vers l’autonomie est une phase qui s’est fortement allongée. Contrairement aux générations précédentes, cette phase n’est d’ailleurs pas linéaire, mais faite d’aller-retour entre vie autonome et dépendance au lien familiale. La catégorie 16 – 25 ans est de ce fait obsolète et il est bien que la ville prenne en compte cette nouvelle réalité.

Lire la suite

Conseil de Paris : La taxe de balayage dans les ZTI devrait augmenter

le parisien

Le groupe PRG centre et indépendants remet le travail dominical sur le tapis. Les radicaux de gauche, favorables à l’ouverture des boutiques le dimanche, ont déposé un vœu pour qu’une augmentation de la taxe de balayage soit envisagée pour les commerces situés dans les futures zones touristiques internationales (ZTI) pour faire face aux surcoûts des dépenses de nettoyage engendrés par l’ouverture d’une journée supplémentaire.

Le groupe PRG a également proposé que la Ville mette en place des outils de suivi des conséquences économiques et sociales de l’ouverture des commerces le dimanche dans les ZTI. Ce vœu a été adopté sans les voix des communistes, des Républicains et des centristes.

Le Parisien, 30 septembre 2015

A Paris, le débat sur le redécoupage des arrondissements fait des remous

le parisienFusion de la ville et du département. Redécoupage des arrondissements. Révision du partage des compétences entre Ville, Préfecture de police et préfecture de région… Le projet de réforme du statut de Paris est lancé. Dévoilée dans la presse en fin de semaine dernière, la nouvelle organisation souhaitée par la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a suscité un débat houleux dans l’hémicycle ce mardi.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la chef de file des Républicains a ouvert les hostilités. «Madame la maire, vous ne digérez pas les ZTI (zones touristiques internationales), vous réclamez une compensation. Le ministre des finances vous a froissée. Vous exigez du Président une réparation. Les Parisiens ne sont pas là pour faire les frais de vos frustrations», a attaqué bille en tête la présidente du groupe LR en s’étonnant de l’absence du préfet de police aux côtés de la maire.

«Ce vœu sort au Conseil de Paris d’aujourd’hui comme un diable de la boîte à coucou, a ironisé Eric Azière, le président du groupe UDI-MoDem, en regrettant que la maire de Paris n’ait pas évoqué ce projet pendant la campagne municipale. Tout ceci est troublant, tout ceci est flou», a asséné l’élu centriste.

«Je ne pensais pas qu’un peu plus d’autonomie affolerait la droite parisienne», a ironisé de son côté Rémi Féraud, le président du groupe PS avant de se féliciter de cette modernisation de la collectivité parisienne.

Des propositions concrètes en décembre

Si les écologistes et les élus du groupe des radicaux de gauche, centre et indépendants se sont rangés derrière les socialistes, le groupe des élus communistes et du Front de gauche s’est montré plus réservé sur le sujet, exprimant des réserves proches de celles centristes. Ils ont regretté qu’un sujet aussi sérieux ait fait l’objet d’un «simple vœu» plutôt que d’un véritable débat.

Lire la suite