Presse

Le vœu du groupe RG-CI pour 2016 – Le Parisien

le parisien

Le Parisien, édition du 6 janvier 2015 (extraits)

Ce mercredi matin la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, entame sa série de cérémonies de vœux en s’adressant aux élus de Paris. Entourée de ses adjoints, elle va énumérer plusieurs projets qu’elle doit mettre en œuvre durant l’année 2016. Et les conseillers de Paris ? Qu’attendent-ils de cette nouvelle année ?

Jean-Bernard Bros (PRG centre et indépendants)

« La vraie priorité, c’est la laïcité. L’observatoire de la laïcité a déjà édité un vade-mecum qui s’adressait à l’administration parisienne mais il faut aussi que nous nous adressions aux citoyens. Il faut informer et impliquer les citoyens sur cette question de la laïcité à travers des initiatives. Les jeunes générations ne savent plus à quoi correspond la loi de 1905. On a pensé trop longtemps que ce principe de laïcité était un acquis. Il faut le réactiver. »

Grand Paris : la droite se divise et perd des postes

le parisien

Les divisions au sein du groupe LR du Conseil de Paris ont ressurgi ce mardi à l’occasion de l’élection des élus de la Métropole du Grand Paris (MGP). Le scrutin proportionnel de liste, à un tour, pour élire les 62 conseillers parisiens qui vont siéger dès janvier dans cette nouvelle assemblée, a donné lieu à quelques surprises révélant une fois de plus les turbulences que traverse actuellement la droite parisienne. Alors que le groupe LR compte 55 élus, la liste présentée par le parti n’a recueilli que… 49 voix. Six élus LR n’ont donc pas soutenu leurs petits camarades. Le groupe ne remporte que 19 sièges alors qu’il en espérait 21. Jérôme Dubus (XVIIe) et Sylvie Ceyrac (XVe) voient leur espoir d’être membres de la MGP s’envoler. « C’est consternant qu’on n’arrive pas à faire le plein de nos voix ! », soupire Brigitte Kuster, la maire (LR) du XVIIe arrondissement. « Il va y avoir une nouvelle chasse aux sorcières pour trouver ceux qui n’ont pas bien voté », commençait-on à murmurer sur les bancs de la droite. Très vite, quelques noms ont commencé à être murmurés. Comme pour la Tour Triangle, Rachida Dati (la maire du VIIe), Emmanuelle Dauvergne (VIIe) et Jeanne d’Hautesserre (la maire du VIIIe) sont soupçonnées de ne pas avoir respecté les consignes de vote du groupe.

Lire la suite

Paris : des cas de radicalisation à l’Hôtel de Ville

Le Parisien, 27 novembre 2015

le parisienC’est un sujet hautement sensible. Trois semaines après les attentats, la Ville de Paris s’apprête à présenter un manuel d’une vingtaine de pages sur la conduite à tenir face aux pratiques religieuses dans ses services.

 L’Observatoire de la laïcité, qui a planché sur ce livret, s’est réuni ce vendredi pour y mettre la touche finale.

Crée en 2012 par l’ancien maire (PS) de Paris Bertrand Delanoë, l’Observatoire avait été mis en veille puis réactivé après les attentats du mois de janvier. L’information révélée par notre journal selon laquelle l’un des terroristes avait travaillé au sein de la direction de la propreté et de l’environnement a sans doute rappelé la nécessité de réunir les membres de cette instance.

Lire la suite

Conseil de Paris : La taxe de balayage dans les ZTI devrait augmenter

le parisien

Le groupe PRG centre et indépendants remet le travail dominical sur le tapis. Les radicaux de gauche, favorables à l’ouverture des boutiques le dimanche, ont déposé un vœu pour qu’une augmentation de la taxe de balayage soit envisagée pour les commerces situés dans les futures zones touristiques internationales (ZTI) pour faire face aux surcoûts des dépenses de nettoyage engendrés par l’ouverture d’une journée supplémentaire.

Le groupe PRG a également proposé que la Ville mette en place des outils de suivi des conséquences économiques et sociales de l’ouverture des commerces le dimanche dans les ZTI. Ce vœu a été adopté sans les voix des communistes, des Républicains et des centristes.

Le Parisien, 30 septembre 2015

A Paris, le débat sur le redécoupage des arrondissements fait des remous

le parisienFusion de la ville et du département. Redécoupage des arrondissements. Révision du partage des compétences entre Ville, Préfecture de police et préfecture de région… Le projet de réforme du statut de Paris est lancé. Dévoilée dans la presse en fin de semaine dernière, la nouvelle organisation souhaitée par la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a suscité un débat houleux dans l’hémicycle ce mardi.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la chef de file des Républicains a ouvert les hostilités. «Madame la maire, vous ne digérez pas les ZTI (zones touristiques internationales), vous réclamez une compensation. Le ministre des finances vous a froissée. Vous exigez du Président une réparation. Les Parisiens ne sont pas là pour faire les frais de vos frustrations», a attaqué bille en tête la présidente du groupe LR en s’étonnant de l’absence du préfet de police aux côtés de la maire.

«Ce vœu sort au Conseil de Paris d’aujourd’hui comme un diable de la boîte à coucou, a ironisé Eric Azière, le président du groupe UDI-MoDem, en regrettant que la maire de Paris n’ait pas évoqué ce projet pendant la campagne municipale. Tout ceci est troublant, tout ceci est flou», a asséné l’élu centriste.

«Je ne pensais pas qu’un peu plus d’autonomie affolerait la droite parisienne», a ironisé de son côté Rémi Féraud, le président du groupe PS avant de se féliciter de cette modernisation de la collectivité parisienne.

Des propositions concrètes en décembre

Si les écologistes et les élus du groupe des radicaux de gauche, centre et indépendants se sont rangés derrière les socialistes, le groupe des élus communistes et du Front de gauche s’est montré plus réservé sur le sujet, exprimant des réserves proches de celles centristes. Ils ont regretté qu’un sujet aussi sérieux ait fait l’objet d’un «simple vœu» plutôt que d’un véritable débat.

Lire la suite

Tribune magazine àParis – Automne 2015

mag àParisSoutenons nos associations!

La ville de Paris développe depuis plusieurs années une politique volontariste en faveur de la démocratie locale et de l’engagement citoyen. Le groupe RGCI salue cette volonté et veut porter une attention particulière au travail et à la vitalité des acteurs associatifs locaux.

Notre territoire est riche de leur nombre et de leur diversité. Les associations dynamisent nos quartiers, accompagnent des publics en difficulté, permettent l’ouverture au monde des plus jeunes et apportent des solutions dans de nombreux domaines de notre vie quotidienne. Il est nécessaire que la Ville leur apporte un soutien car elles participent au vivre-ensemble et sont pour beaucoup, génératrices d’emplois.

Ainsi, le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants a proposé une délibération au Conseil de Paris de juin en faveur de nouvelles initiatives pour aider et accompagner les associations parisiennes. Cette délibération, votée en Conseil, répond à un besoin de valorisation des actions locales citoyennes.

Lire la suite