Presse

A Paris, le débat sur le redécoupage des arrondissements fait des remous

le parisienFusion de la ville et du département. Redécoupage des arrondissements. Révision du partage des compétences entre Ville, Préfecture de police et préfecture de région… Le projet de réforme du statut de Paris est lancé. Dévoilée dans la presse en fin de semaine dernière, la nouvelle organisation souhaitée par la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a suscité un débat houleux dans l’hémicycle ce mardi.

Nathalie Kosciusko-Morizet, la chef de file des Républicains a ouvert les hostilités. «Madame la maire, vous ne digérez pas les ZTI (zones touristiques internationales), vous réclamez une compensation. Le ministre des finances vous a froissée. Vous exigez du Président une réparation. Les Parisiens ne sont pas là pour faire les frais de vos frustrations», a attaqué bille en tête la présidente du groupe LR en s’étonnant de l’absence du préfet de police aux côtés de la maire.

«Ce vœu sort au Conseil de Paris d’aujourd’hui comme un diable de la boîte à coucou, a ironisé Eric Azière, le président du groupe UDI-MoDem, en regrettant que la maire de Paris n’ait pas évoqué ce projet pendant la campagne municipale. Tout ceci est troublant, tout ceci est flou», a asséné l’élu centriste.

«Je ne pensais pas qu’un peu plus d’autonomie affolerait la droite parisienne», a ironisé de son côté Rémi Féraud, le président du groupe PS avant de se féliciter de cette modernisation de la collectivité parisienne.

Des propositions concrètes en décembre

Si les écologistes et les élus du groupe des radicaux de gauche, centre et indépendants se sont rangés derrière les socialistes, le groupe des élus communistes et du Front de gauche s’est montré plus réservé sur le sujet, exprimant des réserves proches de celles centristes. Ils ont regretté qu’un sujet aussi sérieux ait fait l’objet d’un «simple vœu» plutôt que d’un véritable débat.

Lire la suite

Tribune magazine àParis – Automne 2015

mag àParisSoutenons nos associations!

La ville de Paris développe depuis plusieurs années une politique volontariste en faveur de la démocratie locale et de l’engagement citoyen. Le groupe RGCI salue cette volonté et veut porter une attention particulière au travail et à la vitalité des acteurs associatifs locaux.

Notre territoire est riche de leur nombre et de leur diversité. Les associations dynamisent nos quartiers, accompagnent des publics en difficulté, permettent l’ouverture au monde des plus jeunes et apportent des solutions dans de nombreux domaines de notre vie quotidienne. Il est nécessaire que la Ville leur apporte un soutien car elles participent au vivre-ensemble et sont pour beaucoup, génératrices d’emplois.

Ainsi, le groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants a proposé une délibération au Conseil de Paris de juin en faveur de nouvelles initiatives pour aider et accompagner les associations parisiennes. Cette délibération, votée en Conseil, répond à un besoin de valorisation des actions locales citoyennes.

Lire la suite

Le projet de téléphérique entre les gares de Lyon et d’Austerlitz relancé

le parisienBientôt un téléphérique au-dessus de la Seine ? Le groupe radical de gauche, centre et indépendant a fait adopter ce lundi au Conseil de Paris un amendement dans le cadre du budget supplémentaire pour qu’une étude de faisabilité technique et financière soit engagée avant la fin de l’année sur un projet de liaison aérienne entre les gares de Lyon (XIIe) et d’Austerlitz (XIIIe).

« Ce téléphérique relierait les deux rives de la Seine en passant au-dessus du pont Charles-de-Gaulle. Ce nouveau mode de transport faciliterait les déplacements d’une gare à l’autre tout en offrant un véritable spectacle pour les touristes », s’enthousiasme Jean-Bernard Bros, le chef de file du PRG qui avait porté ce projet pendant la campagne des municipales.

L’élu souhaite que les travaux soient engagés au plus tard en décembre 2016. Aujourd’hui, pour passer d’une gare à l’autre, les voyageurs doivent emprunter un bus pour éviter le trajet fastidieux en métro ou se résoudre à faire le chemin à pied, ce qui est plus rapide mais plus compliqué aussi quand on a des bagages !

Un mode de transport peu coûteux

Lire la suite

La deuxième chance du 2 roues électrique

les echos

S’il s’est vendu 50 millions de deux-roues électriques en Asie l’an dernier, l’Europe les boude toujours. En France, ils représentent 1 % des ventes. La jeune pousse parisienne Cityscoot va peut-être les faire sortir de leur niche en leur appliquant les recettes de l’autopartage. D’ici quelques jours, elle va lancer un service de location de scooters propres facturé au quart d’heure (3 euros).

« Les ventes de scooters électriques sont pénalisées par leurs prix élevés ou une qualité médiocre », explique le cofondateur de l’entreprise, Bernard Edelist. Les entrepeneurs ont donc choisi un véhicule du constructeur allemand Govecs qui coûte plus de 5.000 euros, contre 800 euros pour les premiers prix. Plus fiable, il offre 80 km d’autonomie. Cityscoop y intègre des technologies de géolocalisation à 2 m près fournies notamment par Orange. Les usagers prendront et gareront où ils veulent dans la rue ces deux-roues qui ne seront pas asservis à des bornes. Ils pourront utiliser les prises de rechargement de 300 stations Autolib, mais Bernard Edelist estime que leur autonomie suffira à couvrir une dizaine de trajets par jour sans rechargement.

Lire la suite

Et maintenant des scooters électriques en libre-service

le parisienDans la famille des véhicules propres en libre-service, je demande…le deux-roues motorisé ! Après les Vélib’ puis les Autolib’, c’est maintenant des scooters électriques «partagés» qui vont faire leur apparition dans les rues de la capitale. Cityscoot (le nom de ce nouveau service mis au point par une société parisienne 100% privée) va être testé avec une soixantaine de deux roues jusqu’à la fin de l’année avant d’être ouvert au grand public début 2016.Ses concepteurs espèrent pouvoir rapidement mettre en circulation une flotte de 1000 scooters.

Les deux-roues pourront être loués selon le même principe que les autres véhicules «partagés» qui sillonnent déjà Paris. Mais avec une différence de taille : les Cityscoot disponibles en «free-floating» (traduisez en libre-service intégral) pourront être empruntés et restitués n’importe où.

Terminés, les problèmes de borne d’attache défectueuses ou de stations trop pleines pour rendre son véhicule de location ! «Les deux-roues sont géolocalisés. Notre application indiquera où il se trouve, s’enthousiasme Bertrand Fleurose, le PDG de Cityscoot. Après la réservation, l’utilisateur recevra sur smartphone l’emplacement du véhicule le plus proche de lui… et un code à 4 chiffres qui fera office de clé. Ensuite, il n’aura plus qu’à démarrer.»

Lire la suite

Parisiens, réjouissez-vous : le scooter en libre-service débarque (enfin) !

metro couv

CA ROULE – A partir du 30 juin, la société Cityscoot va expérimenter le scooter électrique en libre-service dans la capitale, avant un grand déploiement en 2016. Le projet, 100% privé, est soutenu par la Ville.

Il y a eu le Vélib, puis Autolib. Voici maintenant le Scootlib… ou plutôt Cityscoot, nouveau service de location de scooters électriques, qui débarque à Paris le 30 juin. A la différence de ses prédécesseurs, qui se sont développés sous forme de Délégation de service public porté par la Ville, Cityscoot est 100 % privé, porté par l’entreprise du même nom. Mais il a déjà les bonnes grâces de la mairie, qui prévoit ce lundi une présentation devant la presse, en présence d’Anne Hidalgo, de l’adjoint en charge des Transports Christophe Najdovski.

Le débarquement des Cityscoot dans la capitale va se faire en plusieurs vagues : 70 scooters seront mis en test à partir du 30 juin, avant un déploiement commercial début 2016, où 1000 scooters seront mis en circulation. « L’objectif est d’en proposer 1 000 de plus l’année suivante, pour atteindre 4 500 en 2019 », indique Bernard Edelist, directeur stratégie et développement chez Cityscoot.

Les avantages du vélo et de la voiture sans leurs inconvénients

Lire la suite

Tribune du groupe Radical de Gauche du 3ème arrondissement

Journal 3eme mai 2015

Le Conseil de Paris a voté en mars un plan égalité femmes- hommes. Loin des idées reçues, le constat des inégalités rend encore plus que nécessaire cet engagement. Si depuis plusieurs décennies, les textes législatifs ont consacré la volonté d’un respect de l’égalité femmes-hommes, dans de nombreux domaines, le combat doit continuer, car le traitement réservé aux femmes est insatisfaisant.

Dans le monde professionnel, les femmes gagnent moins que leurs homologues masculins et les postes de direction leur sont plus difficiles d’accès. En séance du Conseil de Paris, j’ai ainsi proposé qu’une attention soit portée dans l’attribution des postes de direction des institutions culturelles majoritairement confiés à des hommes. Les femmes ont autant de compétences, la nomination de deux directrices à la tête du Carreau du Temple nous le prouve.

L’espace public est encore un lieu trop masculin. Urbanisme mal adapté, harcèlement de rue et dans les transports, de grands chantiers s’ouvrent pour que les femmes se sentent à leur place dans ces espaces. Parmi les réponses à apporter, une meilleure mixité des jurys d’architectures permettrait de développer une nouvelle vision de la Ville adaptée à tous. Mon engagement au service des parisiennes et des parisiens ne faiblira pas en ce domaine.

Laurence Goldgrab
GROUPE RADICAL DE GAUCHE

Le 3roisième – édition de mai-juin 2015

Tribune – magazine à Paris

mag àParisLa lutte contre les incivilités dans l’espace public, un défi à relever

A partir de l’été 2015, jeter dans la rue son mégot, ses ordures, détritus, déchets divers, liquides insalubres ou tout autre objet, sera sanctionné d’une amende de 68 euros. Aujourd’hui de 35 euros, cette contravention va être significativement majorée, mesure d’appel au civisme que nous soutenons.

Dans le même esprit, le Conseil de Paris a voté, à la suite de nos demandes, une délibération rappelant l’interdiction de la publicité commerciale au sol et l’instauration d’une amende pour les contrevenants, calculée en fonction du nombre d’heures passées par les services de propreté.

Le groupe PRG-CI porte depuis le début de la mandature de nombreuses propositions dans le domaine du respect et de la préservation de notre espace public. Il est selon nous indispensable de valoriser le civisme dans la ville afin d’améliorer durablement la qualité de vie au quotidien.

La lutte contre ces dégradations de notre espace public constitue un enjeu fort car subsistent encore trop de déchets jetés au sol, trop d’affichages sauvages sur notre mobilier urbain et sur les murs de Paris et trop de contournements de notre règlement intérieur de publicité.

Lire la suite

Poids lourds polluants : il n’y aura pas de contrôle systématique

le parisienLe 1er juillet, les poids lourds et les cars de tourisme mis en circulation avant 2001 ne pourront plus rouler dans Paris. A l’approche de cette échéance, comment la préfecture de police va-t-elle faire respecter cette interdiction qui vise à lutter contre la pollution? Le problème a été soulevé hier, lors des questions d’actualité par le groupe radical de gauche, centre et indépendants. « Compte tenu des charges qui pèsent sur les policiers parisiens, il n’est pas possible d’envisager le contrôle individuel des certificats de circulation » a prévenu le préfet de police Bernard Boucault. « Un contrôle efficace nécessitera le mise en place d’un système d’identification simple et visible des véhicules polluants, pour mettre en oeuvre les dispositions de la loi sur la transition énergétique dans les zones à circulation restreinte« , a ajouté le haut fonctionnaire.

Des vignettes de couleur

Les vignettes de couleur devraient être opérationnelles d’ici la fin de l’année. En attendant, seuls des contrôles inopinés seront effectués. « En lien avec la Ville, la préfecture de police a accru ses contrôles des cars de tourisme. D’autres opérations sont prévues dans les semaines qui viennent« , a prévenu Bernard Boucault. Cette promesse de mobilisation n’a pas convaincu Jean-Bernard Bros, le président du groupe PRG qui dénonce « une improvisation totale » à l’approche de l’entrée en vigueur de l’interdiction de circuler des poids-lourds et des cars les plus polluants? « C’est bien de prendre des décisions. Mais comment on fait pour les appliquer? »

Lire la suite

Place de la République : le PRG réclame un nouvel éclairage

le parisien

Et si la Marianne monumentale qui trône au milieu de la place de la République (Xe) se drapait dans de nouveaux habits de lumière ? C’est le souhait des élus du groupe radical de gauche, centre et indépendants. Dans un vœu discuté lors de la séance du Conseil de Paris qui s’ouvre ce mardi, le PRG souhaite qu’une réflexion soit engagée sur la rénovation de l’éclairage du site.

Traditionnel point de rassemblement pour les politiques, les syndicats, les associatifs et les groupes de musique, « la place de la République est devenue un lieu très fréquenté après sa rénovation en 2013 et un symbole national après les attentats », font remarquer les élus PRG. Ils souhaitent que l’éclairage de la statue mais aussi de l’espace piéton soit revu.

 

Le Parisien, édition du 26 mai 2015