MIE

Travail le dimanche : Hidalgo d’accord pour de nouvelles zones sous conditions

AFP

 

 

 

La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) s’est dite ouverte lundi à la création de zones touristiques internationales à Paris, en fonction de critères objectifs définis par la loi, et sur avis conforme du maire. Introduisant un débat sur le travail dominical devant le Conseil de Paris, la maire de Paris a affirmé ne pas exclure « d’étendre les zones existantes ou d’en créer de nouvelles », à condition « qu’elles répondent à des critères stricts ».

Ces critères pourraient être liés au « pourcentage du chiffre d’affaire en détaxe », ou à la densité de magasins de luxe, a-t-elle précisé au cours d’un déjeuner avec la presse. Ces propos interviennent alors que le gouvernement a prévu la création via le projet de loi Macron de « zones touristiques internationales », décidées au bon vouloir du gouvernement et non sur décision du maire.

Lire la suite

Fronde de la mairie de Paris contre le travail du dimanche

le monde

La guerre du dimanche est déclarée entre Anne Hidalgo et Emmanuel Macron. Alors que le projet de loi sur l’activité, qui sera présenté le 10 décembre en conseil des ministres par le ministre de l’économie, vise à étendre l’ouverture des commerces le dimanche, la maire socialiste de Paris s’apprête à rendre public un rapport qui présente comme un casus belli certaines dispositions du texte gouvernemental. Reflet de la position du PS, du PCF et des écologistes au sein de la majorité parisienne, le rapport n’entrevoit que des « évolutions limitées » du travail dominical dans la capitale.

Pendant la campagne des municipales, Mme Hidalgo s’était déclarée « prête à revoir la carte des zones touristiques à Paris, à condition que l’on travaille sur le dialogue social et la création d’emplois. » Après son élection, en juin, elle a confié à Bernard Gaudillère, ex-adjoint aux finances de Bertrand Delanoë, le pilotage d’une mission d’information et d’évaluation (MIE) sur « le travail dominical et nocturne à Paris ». Composée de 9 élus de gauche (PS, PCF, EELV et PRG) et de 6 élus de droite (UMP et UDI), la mission – dans la version quasi définitive de son texte à laquelle Le Monde a eu accès – dresse un réquisitoire contre l’extension du travail du dimanche.

Paris compte actuellement sept zones touristiques où les commerces ouvrent tous les dimanches sans compensation obligatoire pour leurs salariés. 20 000 personnes y travaillent ; 70 à 80 % sont des femmes. Le rapport estime que les touristes ont le temps de faire leurs courses sans qu’il soit besoin d’ouvrir le dimanche.

« Bonne conscience de gauche »

Lire la suite