Paris

Pour les emplois et l’économie, « Oui » aux 12 dimanches à Paris

Jean-Bernard Bros, président du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants (RGCI) soutient le projet de la Maire de Paris, d’autoriser les commerces à ouvrir 12 dimanches par an. Plus que de faire preuve de dogmatisme, il faut s’emparer de cette nouvelle liberté et faire montre de responsabilité pour l’économie et les emplois de Paris.

Ouvrir les commerces davantage créé de l’activité et des emplois. La fréquentation des boutiques déjà ouvertes le dimanche le prouve. Et derrière l’opportunité économique des commerçants, ce sont aussi d’emplois dont nous parlons. Les 62.000 commerces parisiens représentent 10 % des emplois parisiens et 40% des emplois franciliens.

« Les fédérations professionnelles sont consultées en amont et ce sont elles qui proposent aux autorités les dimanches où une ouverture est souhaitable. Il est temps, dans notre démocratie de faire confiance aux corps intermédiaires » explique Jean-Bernard Bros. En effet, si l’ouverture n’est pas viable économiquement, il est fort à parier que les commerces n’iront pas contre leur propre intérêt et resteront fermés.

Paris ne peut vivre que si son économie est en bonne santé. C’est pourquoi les élus du groupe RGCI disent oui aux 12 dimanches à Paris.

Communication sur la rentrée scolaire

Intervention de Jean-Bernard Bros, Président du groupe

Madame la Maire, mes chers collègues,

L’École joue un rôle fondamental dans l’équilibre des enfants et pour la transmission des savoirs et des repères nécessaires à leur vie future. La rentrée 2016 et son nouveau P.E.D.T. est celle de la consolidation des évolutions menées à Paris en faveur de la réussite et de l’épanouissement de tous les petits parisiens. Ce nouveau P.E.D.T. s’inscrit dans une cohérence d’ensemble : instaurer une continuité entre les projets d’école, de collège et de lycée. C’est également l’occasion de faire évoluer l’articulation de nos temps scolaires et périscolaires pour donner aux enfants de meilleures conditions d’apprentissage.

Lire la suite

Camps de migrants à Paris : Paris innove au bénéfice de la solidarité

Logo conseil de Paris

 

Qu’il résulte des conflits ou des changements climatiques, le phénomène migratoire perdure et va s’intensifier dans le futur. Face à cette situation, Paris, mais aussi l’ensemble des collectivités doivent agir efficacement.

Pour le Président  du groupe Radical de Gauche Centre et Indépendants (RGCI) au Conseil de Paris, Jean-Bernard Bros, le camp humanitaire pour réfugiés déployé sur deux sites, l’un Porte de la Chapelle (18ème arrondissement), l’autre à Ivry-sur-Seine (94) était une nécessité. « Il n’était plus possible de laisser les campements sauvages se développer, qui sont véritablement des non-solutions pour les réfugiés comme pour les riverains. Notre majorité devait répondre avec force aux discours sécuritaires simplistes, à l’indifférence facile et au repli sur soi ». En outre l’intégration de ses nouvelles populations ne peut se faire que par un accueil efficace et adapté.

La Mairie de Paris porte aujourd’hui un signal fort. Depuis plusieurs mois, le monde associatif, confronté à cette question, cherche et expérimente des réponses innovantes pour offrir un meilleur accueil aux migrants. La collectivité parisienne travaillera donc avec le monde associatif.

Jean-Bernard Bros défend cette nécessaire innovation au service de la solidarité. «Les collectivités doivent aider à l’hébergement des réfugiés dès leur arrivée. Mais la Ville de Paris, où les espaces manquent, ne peut pas tout résoudre. Seules l’action collective qui s’en dégage mais aussi la solidarité nationale et territoriale peuvent nous mener loin dans la résolution de cette question. L’innovation aujourd’hui n’est plus seulement technique, elle doit être aussi sociale». La ville de Paris montre encore aujourd’hui sa capacité d’être à l’avant-garde sur des problématiques mondiales.

 

Rapport de la MIE sur la politique périscolaire parisienne – Notre intervention en séance

BUONTANMIE

Conseil de Paris – Séance des 17, 18 et 19 mai 2016

Communication au Conseil de Paris
MIE « Politique dédiée au périscolaire à Paris »
Intervention de Buon TAN

Madame la Maire, mes chers collègues,

Nous le savons tous. L’attractivité et le dynamisme de notre Ville passent par la mise en place d’une politique ambitieuse dans le domaine de l’enfance. Le service public éducatif et notre action périscolaire doivent impérativement répondre aux exigences des Parisiens.

Mes chers collègues, je crois que l’adoption de ce rapport à l’unanimité des membres est le reflet de l’importance que nous attachons tous à nos enfants.

Lire la suite

Vote pour l’expérimentation d’une salle de consommation à moindre risque à Paris

HopitalLariboisièreConseil de Paris
Séance des 29, 30 et 31 mars 2016
Intervention de Jean-Bernard BROS
Aménagement d’une salle de consommation à moindres risques sur le site de l’Hôpital Lariboisière

Madame la Maire, mes chers collègues,

J’avais déjà eu l’occasion, par le passé, de saluer l’ouverture d’une salle de consommation à moindre risque dans notre capitale. Je souhaite le refaire aujourd’hui.

De nombreux pays ont déjà orienté leurs politiques publiques vers l’ouverture de ce type de structures. Ces politiques s’inscrivent dans une stratégie de réduction des risques. En ce sens, les salles de consommation à moindre risque sont des lieux où les personnes qui consomment des drogues peuvent le faire avec du matériel stérile et encadrées par des professionnels formés. Mais je le rappelle, aucune drogue n’est fournie aux usagers de la salle.

Ces expériences montrent une diminution des comportements à risque et des overdoses mortelles, ainsi qu’une réduction de l’usage de drogues en public et des nuisances associées. C’est la seule solution que nous connaissons actuellement, qui porte autant de résultats !

Pour nous, les salles de consommation à moindre risque sont donc parties prenantes d’une démarche réaliste et pragmatique pour réduire les risques et les dommages liés à la consommation de drogues, aussi bien pour les usagers eux-mêmes que pour la communauté en général.

Car cette assistance aux personnes dépendantes est aussi et surtout une véritable politique de santé publique.

Vous l’avez compris, mes chers collègues, le groupe RGCI apporte son soutien plein et entier à cette délibération.

Je vous remercie.

 

Lutter contre le harcèlement de rue – Notre vœu au Conseil de Paris

Conseil de ParisRueParis
 Séance des 29, 30 et 31 mars 2016
Intervention de Didier GUILLOT
Vœu non rattaché relatif à la lutte contre le harcèlement de rue

Madame la Maire, mes chers collègues,

« Le harcèlement de rue, c’est notre quotidien ».
Cette phrase, je l’ai entendu de nombreuses femmes.

Expérience répétée, le harcèlement de rue n’est pas aussi banal qu’il en a l’air. En effet, les femmes vivent fréquemment des agressions verbales ou non-verbales, à connotation sexuelle, dans les espaces publics qu’elles traversent comme la rue ou les transports.

Il peut prendre des formes très diverses, allant de sifflements ou commentaires sur le physique, jusqu’à des injures ou des gestes punis par la loi. C’est cet inconnu, croisé une fois.

Trop longtemps, les politiques publiques mais également nous, citoyens, sommes restés indifférents face à cela, considérant ce harcèlement dit de rue comme anodin. Alors les femmes ont appliqué des stratégies défensives, et intériorisé des comportements. Je pense notamment à celles qui ont délaissé l’espace public à certaines heures notamment la nuit.

Lire la suite