Crise migratoire : L’Europe, l’Etat et la Région doivent aussi mieux agir !

 

Communiqué de presse des élus du groupe RGCI au Conseil de Paris

Le 20 juin est officiellement la journée mondiale des réfugiés. L’occasion de rappeler que la pression migratoire sur l’Europe reste sans précédent. A Calais, à Vintimille ou à Paris, les campements de réfugiés se multiplient sous l’œil impuissant de nos collectivités. Pourtant, la Ville de Paris s’est engagée pour apporter un accueil digne aux réfugiés. Nous saluons le travail mené par l’exécutif. Mais aujourd’hui, nous pensons qu’il est nécessaire d’aller plus loin, vers un accueil digne et partagé des migrants.

« La rue et les campements de misère sont des solutions inacceptables pour les migrants comme pour les riverains, nous tirons la sonnette d’alarme face au drame qui se déroule sous nos yeux » explique Jean-Bernard BROS, président du groupe Radical de Gauche, Centre et Indépendants au Conseil de Paris. « L’Union européenne, l’État et la Région Ile-de-France restent trop passifs face à la catastrophe humanitaire en cours».

Aussi, les élus du groupe RGCI appellent la Région Ile-de-France et l’Etat à s’investir pleinement pour trouver de nouvelles solutions d’hébergement qui ne sont plus suffisantes. « L’accueil des réfugiés est de la responsabilité de tous» complète Jean-Bernard BROS. « Il nous faut trouver de nouveaux sites  pour construire un autre centre humanitaire au niveau de la Région Ile de France ».

La question du droit européen doit également être ouverte, notamment le protocole Dublin II qui laisse de trop nombreux réfugiés en difficulté pour obtenir l’asile. Une plus grande répartition dans l’ensemble des Etats européens est une nécessité, et la France doit respecter ses engagements en la matière.